Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Transports, circulation : les principaux points noirs en France

RER D : les effets de la réorganisation tardent à se faire sentir

jeudi 28 février 2019 à 4:02 Par Nicolas Olivier, France Bleu Paris

Une ligne simplifiée et redessinée pour réduire les retards : c'était la promesse de la refonte du RER D mise en place début décembre 2018. Près de trois mois plus tard, l'amélioration de qualité de service vantée par la SNCF n'est pas flagrante.

Les quais du RER D en gare de Juvisy-sur-Orge (Essonne).
Les quais du RER D en gare de Juvisy-sur-Orge (Essonne). © Radio France - Nicolas Olivier

Île-de-France, France

Troisième ligne la plus fréquentée d'Ile-de-France avec 615.000 voyageurs par jour, le RER D affiche des performances médiocres en terme de ponctualité. En 2018, 83,9% des voyageurs sont arrivés à destination avec moins de 5 minutes de retard. Seul la ligne R fait pire. Pour tenter de redresser la barre, la SNCF a entièrement réorganisé la ligne avec le "SA 2019" entré en application le 9 décembre 2018. Le nombre de bifurcations a été réduit en séparant les trois branches Vallée, Littoral et Malesherbes, qui n'offrent plus désormais de liaison directe vers Paris. Elles nécessitent une correspondance à Corbeil-Essonnes, Viry-Châtillon ou Juvisy-sur-Orge. L'intérêt est de renforcer l'offre de transport sur les branches principales, Melun et Corbeil et surtout de réduire les incidents.

La SNCF est satisfaite

Le premier bilan est positif selon l'exploitant du RER D. "On a gagné 4 points de régularité sur l'ensemble de la ligne, se félicite Alain Krakovitch le directeur général de SNCF Transilien. On a 25% de trains supprimés en moins donc pour l'instant on est satisfait de cette robustesse, mais conscients qu'il y a encore des progrès à faire".

Une analyse contestée par les deux associations qui représentent les usagers des branches Malesherbes et Vallée. "On fait dire n'importe quoi aux chiffres, estime Jean Féret, le président de l'Adumec (Association de défense des usagers, des maires, et des élus en colère de la branche Malesherbes). La vérité c'est que le résultat est décevant. 84% de ponctualité en janvier 2019, c'est exactement le même chiffre qu'en janvier 2018. Il n'y a pas de gain". Pour Jacques Vandeputte, le président de RER D Val de Seine, "ce n'est pas mieux qu'avant, on a plus de trains supprimés et au quotidien tout le monde nous dit que ça ne fonctionne pas. C'est une catastrophe."

Le ressenti des voyageurs est tout autre

Les associations ont déposé un recours devant le tribunal administratif de Versailles. Et 300 personnes ont manifesté le 16 février devant la mairie d'Evry-Courcouronnes pour réclamer le retour des trains pour Paris. Ces usagers des branches "sacrifiées" par le SA 2019 restent très remontés contre cette refonte, mais ils sont minoritaires : ils représentent 3% des voyageurs du RER D. 

Chez les autres habitués de la ligne rencontrés en gare de Juvisy, les avis sont plus nuancés."Il y a beaucoup moins de retards qu'avant, note Guillaume, mais les quais et les trains sont toujours aussi bondés aux heures de pointe". "Ca dépend des jours, dit Nathalie. Parfois ça roule, mais quand les trains sont tous retardés ou supprimés, tout le monde bifurque vers le RER C". "Ils ont augmenté les fréquences" selon Grégory. Trois trains ont été rajoutés le matin entre Melun et Paris. Mais Amos lui, n'a "pas tellement l'impression que ça s'est amélioré. La ligne est toujours catastrophique, et quand on voit le prix de l'abonnement Navigo on est en droit de demander un service de qualité."

Contractuellement, la SNCF est tenue d'assurer 92,5% de ponctualité chaque jour et à toute heure sur l'ensemble du RER D. Le non-respect chronique de cet engagement entraîne chaque année des pénalités infligées par Ile-de-France Mobilités. Avec la refonte de l'offre, la SNCF s'est engagée à atteindre une ponctualité de 90% dès cette année... Mais depuis l'entrée en vigueur du SA 2019, ce seuil n'a été dépassé qu'un seul jour (le 22 février 2019) d'après les associations d'usagers. Sur un mois plein, il faut remonter à avril 2018 pour retrouver une moyenne supérieure à 90% de ponctualité (90,5%). 

Le RER D reste loin de son objectif de 92,5% de ponctualité (83,9% en 2018). - Radio France
Le RER D reste loin de son objectif de 92,5% de ponctualité (83,9% en 2018). © Radio France - Nicolas Olivier

Les nouveaux trains sont très attendus

Pour la SNCF, la réforme du RER D n'est qu'une première étape. D'importants travaux d'infrastructure sont programmés. Et surtout, l'arrivée du nouveau matériel -les Régio2N dès septembre et les RER NG en 2021 ou 2022- permettra encore de fiabiliser la ligne, d'augmenter la capacité, et à terme les fréquences grâce à un nouveau système d'exploitation. Les rames neuves vont même"révolutionner l'expérience client" dit-on à la SNCF. Les voyageurs du RER D n'attendent que ça.

Le nouveau plan du RER D - Aucun(e)
Le nouveau plan du RER D - Ile-de-France Mobilités / SNCF