Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retour aux 90 km/h : mission impossible dans le Tarn

-
Par , France Bleu Occitanie

C’était le premier département qui avait dit que certaines portions repasseraient à 90km. Finalement, c’est impossible dans le département du Tarn. Son président parle de "jeu de dupe".

Finalement, à court terme, le retour de 80 à 90km/h est impossible dans le Tarn.
Finalement, à court terme, le retour de 80 à 90km/h est impossible dans le Tarn. © Radio France - SM

Le président du département du Tarn est en colère. Et il parle d’un "jeu de dupe de l’Etat". En cause le possible retour d’une partie des routes tarnaises à 90Km/h. Christophe Ramon avait fait voter par l’assemblée départementale 600km de voiries d’intérêt départementale. Elles auraient donc théoriquement pu repasser à 90 km/h. Mais après examen des conditions mises en place par l’état c’est impossible

Pas de routes éligibles au retour à 90km/h dans le Tarn 

Christophe Ramon détaille les conditions très strictes : "Il faut 10 km sans arrêt de bus, 10 km sans sortie de maisons, 10 kms sans intersections. C’est regrettable. Et aujourd’hui sur nos routes tarnaises, On  n’a pas ce genre d’infrastructure. A court terme c’est impossible. On avait des axes comme la route Albi –Castres, les sorties vers le Tarn-et-Garonne, l’Hérault ou l’Aveyron des routes qui permettraient ce retour à 90km/h." 

Ces conditions ont été détaillées il y a quelques semaines par le CNSR, le conseil national de sécurité routière. De plus, le tout devrait s’accompagner d’un suivi des comportements et de occidentalisée au niveau local avant et après modification des vitesses maximales autorisées. L’interdiction à cause des arrêts bus agace particulièrement le président. "On développe les lignes  LIO et résultat ça nous empêche de revenir à 90km/h. C’est aberrant. " insiste le Tarnais. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess