Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Retour aux 90km/h sur les départementales ? Les Vosges veulent se donner du temps

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Le gouvernement devrait laisser les départements décider d'un éventuel retour aux 90Km/h sur certains tronçons de routes non pourvues de séparateur central. "Paris nous repasse la patate chaude" s'insurge François Vannson. Le président du Conseil départemental s'inquiète : Qui sera responsable ?

Panneaux de limitation de vitesse à 80km/h
Panneaux de limitation de vitesse à 80km/h

Vosges

Bien que la décision ne soit pas encore notifiée aux intéressés, le gouvernement devrait laisser aux départements la décision de repasser ou non aux 90km/h sur certains tronçons de routes départementales non pourvues de terre-plein central. 

Le Premier Ministre le 16 mai dernier  s'est dit prêt à laisser les présidents de conseils départementaux décider au cas par cas. "Si les  présidents de conseils départementaux souhaitent prendre leurs  responsabilités, je n'y vois aucun inconvénient", a déclaré Edouard  Philippe, invité de France Info.

Un passage de témoin que critique François Vannson. Le président du Conseil départemental vosgien n'apprécie pas dit-il cette manière de se défausser sur les élus locaux. "Qui sera pénalement responsable en cas d'accident ?", s'interroge encore François Vannson.

Mise en place d'une commission de travail

"Dès que la décision du gouvernement nous aura été notifiée, une commission sera mise en place" souligne encore François Vannson. Un groupe de travail qui comprendra des élus et des membres des services du département et de la préfecture. Sa mission recenser les endroits accidentogènes qui resteront à 80 km/h et les autres susceptibles de repasser à 90km/h. Cette commission pourrait rendre ses conclusions assez rapidement. "Un délai d'au moins 2 mois" précise le président du Conseil départemental.