Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Rétro 2018 dans l'Hérault

Rétro 2018 dans l'Hérault : la grève perlée à la SNCF

-
Par , France Bleu Hérault

Trois mois de débrayage à la SNCF à raison de deux jours chômés tous les cinq jours pour protester contre la réforme ferroviaire du gouvernement Macron : 36 jours de manifestations qui se sont soldés par un échec de l'aveu des syndicats.

La gare St Roch à Montpellier
La gare St Roch à Montpellier © Radio France - Sébastien Garnier

Hérault, France

C'était une grève d'une amplitude jamais vue et d'une forme inédite : trois mois de débrayage à la SNCF à raison de deux jours chômés tous les cinq jours, soit 36 journées d'actions sur les rails pour lutter contre la réforme ferroviaire et la remise en question du statut de cheminot. Une bataille des syndicats de la SNCF qui n'a pas réussi à susciter l'adhésion des Héraultais sur le long terme. 

Au début de la grève, les Héraultais acceptent de faire quelques efforts. Mais après 10 jours de grève, le ton n'est plus le même. La SNCF tente alors de reconquérir les usagers : les abonnés paient leur coupon moitié prix en juin, les billets TER restent valable 10 jours après la date d'expiration, mais rien n'y fait et le mouvement s'essouffle. Lors de l'ultime jour de grève du 28 juin, 10% des salariés de la SNCF suivent le mouvement contre 34% en début de mobilisation.