Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Réveillon du Nouvel An : "Trop de familles se retrouvent au cimetière parce que quelqu'un avait bu"

-
Par , France Bleu Berry, France Bleu

La soirée du Nouvel An promet d'être animée et arrosée pour beaucoup de Berrichons. Mais le Nouvel An rime malheureusement avec accidents. Certains automobilistes restent inconscients et prennent la route en ayant trop bu ou sous l'emprise de stupéfiants.

Un contrôle de gendarmerie lors d'une soirée du Réveillon du Nouvel An (photo d'illustration)
Un contrôle de gendarmerie lors d'une soirée du Réveillon du Nouvel An (photo d'illustration) © Maxppp - Dominique FOURNIOUX/PHOTOPQR/NICE MATIN

Châteauroux, France

42 ans après sa création, le slogan "Boire ou conduire, il faut choisir" est toujours autant d'actualité. Encore plus pour la soirée du réveillon du Nouvel An. Des millions de Français s'apprêtent à fêter le passage à l'année 2020 et à tourner la page de 2019. Beaucoup vont aussi boire de l'alcool et parfois prendre le volant pour rentrer chez eux. "Il y a encore trop d'imprudence. Il y a trop de gens qui prennent le volant sous l'emprise de l'alcool ou de stupéfiants", déplore Jean Tortosa, directeur du comité de l'Indre de la Prévention Routière.

Il ne faut pas prendre la route quand on a bu

L'an dernier, 17 personnes ont perdu la vie lors de la soirée du Nouvel An partout en France. L'association en appelle donc à la responsabilité de tous les automobilistes. Faire la fête, oui. Boire de l'alcool, oui. Mais il ne faut pas mettre en danger les autres usagers de la route. "Si vous avez envie de vous tuer au volant, allez-y. Mais faites en sorte qu'il n'y ait personne en face", tranche Jean Tortosa. La formule est brutale. Mais elle a le mérite de faire réfléchir. "Il y a trop de familles qui se retrouvent au cimetière parce que quelqu'un en face avait bu. Ce sont des familles détruites, des condamnations par la justice, ça peut aller jusqu'à de la prison. Il ne s'agit pas d'affoler ou de culpabiliser", ajoute-t-il sur France Bleu Berry

Il faut appeler chacun à être responsable lors de ces soirées de réveillon où l'on a tendance à boire plus que d'habitude et plus que de raison"

Anticiper la façon dont on se déplace lors de ces soirées parfois arrosées

Si vous avez prévu de fêter le passage à l'année 2020, mieux vaut préparer ses déplacements. C'est une question d'organisation très importante. "Si on a besoin de prendre sa voiture, il faut éviter de boire. Un verre, c'est 0,2 gramme d'alcool par litre de sang. Donc ça va très vite", résume Jean Tortosa. La limite autorisée est de 0,5 gramme par litre de sang. Et de 0,2 pour un permis probatoire. Le directeur du comité de l'Indre de la Prévention Routière insiste sur l'importance de désigner un capitaine de soirée : la personne qui accepte de ne pas boire et qui prend le volant pour raccompagner tout le monde sain et sauf. "On peut aussi rester dormir chez des amis. Bien réveillonner, c'est bien rentrer. Il faut penser à la manière dont on va rentrer après une soirée festive et arrosée", explique Jean Tortosa.

Car il y a encore trop de comportements imprudents. Trop d'assurance. Trop de certitudes aussi. "Certains pensent qu'ils peuvent bien tenir l'alcool. C'est une notion complètement fausse. L'alcool produit les mêmes effets sur toutes les personnes. On a l'impression de maîtriser mais on maîtrise moins bien", martèle Jean Tortosa. "On entend aussi des gens dire qu'ils ne sont pas loin de chez eux. Il suffit de trois kilomètres pour avoir ou provoquer un accident. Et il y a autant de risques sur les petites routes", ajoute-t-il.

Et ce message de prudence ne s'adresse pas qu'aux jeunes automobilistes. La sécurité routière est l'enjeu de tous.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu