Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

RN 27 à Dieppe : chronique d’un chantier qui n’en finit pas

lundi 9 octobre 2017 à 17:13 Par Antoine Quevilly, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Le chantier de la route nationale 27 à Dieppe, on en parle depuis plus de 20 ans, les travaux ont débuté en 2012, et pourtant, il ne faut pas s’attendre à emprunter ce contournement routier avant 2019. Dans le meilleur des cas.

Le viaduc de la Scie est achevé depuis l'été 2015, mais il n'est relié à aucune route.
Le viaduc de la Scie est achevé depuis l'été 2015, mais il n'est relié à aucune route. © Radio France - Antoine Quevilly

Difficile de ne pas le voir. Le viaduc de la Scie trône fièrement à côté de la route existante. Sauf que le pont est achevé depuis déjà 2 ans, et qu’il n'est relié... à rien ! Pas plus d’ailleurs que les ouvrages d’art déjà construits sur les quelques 7 km et demi de contournement. Il ne reste "que" la route à faire… Une situation que subissent depuis des années les riverains de l’actuelle RN 27.

A St Aubin sur Scie, Christiane, une retraitée de 72 ans le vit au quotidien : « ça commence dès 3h40 avec les camions qui descendent sur Dieppe, Et puis après, les voitures vers Dieppe. Et puis après, les voitures qui vont à Rouen. C’est la queue hein ! Ça n’arrête pas... »

"Le viaduc de la honte"

Et c’est sans doute loin d’être fini. Les maires des communes adjacentes n’ont plus de nouvelle, à l’image de Lionel Avisse, à Tourville-sur-Arques : « Silence radio. On ne sait pas du tout. Ne serait-ce que savoir où l’on en est dans ce dossier. »

En attendant, le symbole est désastreux, déplore Dominique Garçonnet, le président de la délégation dieppoise de la Chambre de Commerce et d'Industrie : « on peut parler du viaduc de la honte, avec une image très négative pour les chefs d’entreprise et les touristes ».

Sébastien Jumel parle même d’un scandale et met en cause l’Etat. Le député communiste de Dieppe affirme s’en être entretenu avec le 1er ministre Edouard Philippe. « On nous dit qu’on a les crédits. Et il ne se passe rien. On a un pont suspendu. Ô temps, suspend ton vol… »

Rien avant 2019

Le dossier n’est pourtant pas au point mort répond l’Etat. Une entreprise de terrassement doit extraire 1, 3 million m3 de terre, dont la moitié à expédier par train à Rouen pour le futur éco-quartier Flaubert.

Jehan-Eric Winckler, le sous-préfet de Dieppe, estime d’ailleurs que le chantier avance normalement : « lors de ces gros travaux d’infrastructure, sur n’importe quel chantier routier ou ferroviaire, on construit d’abord les ouvrages d’art, et ensuite on les relie ». Concernant le calendrier, ce n’est pas la même histoire : « l’entreprise a été choisie. La notification du marché n’a pas encore été faite parce que je pense qu’ils attendent la mise en place des crédits. Après... Je ne sais pas combien de temps dure le chantier ».

Et c’est bien là le problème, personne ne semble avoir de date précise à communiquer. La cerise sur le gâteau ? Un viaduc s’use aussi quand on ne s’en sert pas : refaire son revêtement pourrait coûter de l’argent supplémentaire, lors de l’ouverture au trafic. Ce qui n’est pas pour demain.