Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

A Rochefort, l'entreprise loirétaine Baudin-Châteauneuf renoue avec son histoire

dimanche 19 février 2017 à 8:00 Par Anne Oger, France Bleu Orléans

L'entreprise loirétaine Baudin-Châteauneuf est chargée jusqu'en 2019 de restaurer le pont-transbordeur de Rochefort, sur la Charente. Un pont construit en 1900 par le castelneuvien Ferdinand Arnodin, l'inventeur des ponts à suspension, inspirés des cordages des mariniers de Loire.

Le pont-transbordeur du Martrou à Rochefort (Charente-Maritime)
Le pont-transbordeur du Martrou à Rochefort (Charente-Maritime) - Jean-Dominique Lamy / imagine-creations.fr

Rochefort, France

C'est l'histoire d'une entreprise emblématique de Châteauneuf-sur-Loire (Loiret), et d'un monument du patrimoine fluvial français : Baudin-Châteauneuf s'attaque à un chantier d'envergure en Charente-Maritime : la restauration du pont transbordeur de Rochefort, inauguré en 1900 et construit par Ferdinand Arnodin. Si vous avez vu Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy, vous connaissez sans doute ce pont transbordeur. La scène d'ouverture se passe sur la nacelle, qui traverse la Charente.

Un ouvrage à base d'acier et de haubans, révolutionnaire à l'époque, dont il ne reste qu'un seul exemplaire en France, et moins d'une dizaine dans le monde, tous construits par Arnodin ou ses disciples. Le pont permettait de traverser la Charente tout en laissant passer jusqu'à la mer les énormes bateaux en construction à Rochefort.

Le chantier doit durer jusqu'en 2019, et il a une place toute particulière dans l'histoire de Baudin puisque Ferdinand Arnodin, ingénieur à Châteauneuf-sur-Loire, est à l'origine de la création de l'entreprise. Avec sa silhouette métallique et surtout son réseau de câbles assez compliqué, "l'architecte en chef trouve que ça ressemble à une toile d'araignée !", explique Christian Croizier, responsable de la rénovation chez Baudin.

C'est une belle structure, perchée à plus de 50 mètres, avec des pylônes de 70 mètres de haut. Mais il y a assez peu d'acier. Le caractère révolutionnaire d'Arnodin, c'est vraiment ça !" - Christian Croizier, responsable de la rénovation chez Baudin.

La mission, c'est désormais de reconstruire ce pont comme il était en 1900. Il faudra par exemple 30 000 rivets, un système d'assemblage révolutionnaire à l'époque. Mais également les câbles métalliques, ces fameux haubans, véritable invention d'Arnodin. Ils sont inspirés des cordages des mariniers de Loire.

Plutôt que d'avoir des fils parallèles les uns aux autres, Arnodin a eu l'idée de les tisser à la manière d'un cordage. C'était novateur pour l'époque et cette technique sert encore à rénover des ponts suspendus aujourd'hui." - Christian Croizier

Le réalisateur Jacques Demy a donc fait de ce pont l'emblème de sa comédie musicale "Les Demoiselles de Rochefort". Mais l'écrivain Pierre Loti le trouvait "laid comme une Tour Eiffel". La comparaison entre les deux architectes, Ferdinand Arnodin et Gustave Eiffel, s'arrête ici. Christian Croizier regrette le manque de reconnaissance envers Arnondin.

Pourquoi Ferdinand Arnodin est-il un peu plus passé sous silence aujourd'hui ? Peut-être parce qu'il n'a pas eu la chance de réaliser la Tour Eiffel... Mais la rénovation de ce pont, c'est l'occasion de parler de lui et de lui rendre un peu son génie." - Christian Croizier

Il n'existe aujourd'hui plus que 8 ponts transbordeurs dans le monde.