Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Les jeunes conducteurs testent déjà la limitation à 80 km/h sur les départementales de la Loire

lundi 8 janvier 2018 à 20:09 Par Sandrine Morin, France Bleu Saint-Étienne Loire

Dans les auto-écoles de Saint-Étienne, selon les formateurs, les futurs conducteurs semblent prêt à adopter le 80 km/h sur le réseau secondaire. Le culte de la vitesse est bien moins présent que pour les générations passées.

Pendant trois ans, les jeunes conducteurs doivent rouler à 80km/h
Pendant trois ans, les jeunes conducteurs doivent rouler à 80km/h © Maxppp -

Loire, France

Pour tenter d'enrayer la hausse du nombre de morts sur les routes, le gouvernement doit annoncer ce mardi 9 janvier l'abaissement à 80km/h de la vitesse maximale sur les routes secondaires. Une mesure dont on parle beaucoup dans les auto-écoles puisque que les jeunes conducteurs doivent rouler pendant trois ans à 80 km/h dans le cadre du permis probatoire.

Routes départementales : 36% des accidents liés à la vitesse

Et pour que les jeunes comprennent bien l’enjeu de cette vitesse réduite, Anne-Marie Taton, formatrice en sécurité routière à l’école européenne de conduite insiste : "la vitesse c'est une histoire de physique. Il faut leur montrer la différence entre ce qui se passe à 80 et à 90 km/h". Elle dit aussi à ces jeunes que les départementales, où la mesure doit être appliquée, sont des routes particulières. On y trouve une très large cohabitation entre piétons, véhicules lents, animaux, camions. D’ailleurs sur ces routes, 36 % des accidents ont eu pour cause une vitesse excessive en 2016.   

En tout cas, selon les patrons d’auto-écoles,  les conducteurs de demain auront moins la tentation de la vitesse. Les messages de sécurité semblent toucher les nouvelles générations. La réduction de 10 km/h  permettrait de sauver entre 200 400 vies par an selon les associations.