Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Routes nationales : vers la fin des bornes d'appels d'urgence

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

Les bornes d'appels d'urgence sur le bord des routes nationales devraient petit à petit disparaître du paysage. L’État se désengage. D'ores et déjà, celles qui sont en panne ne sont plus réparées.

Les bornes hors service sont bâchées à défaut d'être réparées.
Les bornes hors service sont bâchées à défaut d'être réparées. - DR.

Poitiers, France

Encore nombreuses sur les autoroutes, les bornes d'appel d'urgence disparaissent à vue d’œil sur les routes nationales. 7.000 en 2011, ces bornes orange sont à peine plus de 3.000 aujourd’hui sur l'ensemble du réseau routier français.

Et celles qui sont encore présentes sont parfois hors d'usage, recouvertes d'une bâche. C'est le cas dans la Vienne. Sur la RN10, sur 23 postes d'appel d'urgence existants, 18 sont actuellement bâchés. Sur les RN147 et 149, des bornes ont même été supprimées, 9 au total.

Le contrat d'entretien non renouvelé

La raison est simple : le contrat d'entretien n'a pas été renouvelé depuis juillet 2014. Il n'y a plus aucun remplacement, plus aucune réparation. Cela coûterait trop cher à l'État, d'autant que les bornes d'appels d'urgence sont obsolètes et de moins en moins utilisées, à l'heure des téléphones portables.

"L'idée, c'est de les faire disparaître", Didier Caudoux, directeur adjoint de la DIRA

Ces bornes sont donc laissées à l'abandon, dans un premier temps. Car à la demande de l'État, une commission doit rendre un rapport d'ici la fin de l'année, pour savoir si des bornes doivent rester.

"Mais l'idée quand même à terme, c'est de les faire disparaître, il n'y a aucun intérêt à les laisser", explique Didier Caudoux, le directeur adjoint de la Direction Interdépartementale des Routes Atlantique (DIRA).

Le "eCall", peut-être l'avenir  

Le Ministère de l'Écologie planche déjà sur des alternatives, et s'inscrit ainsi dans le sens de la Commission européenne qui veut généraliser, dans les véhicules neufs, d’ici à 2018, le système nommé "eCall".  Ce serait un système intégré à la voiture qui permettrait, à la fois, d'alerter les secours et de localiser le conducteur en détresse.

Choix de la station

France Bleu