Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Routes secondaires : automobilistes et motards se sont mobilisés contre la limitation à 80 km/h

samedi 3 février 2018 à 3:32 - Mis à jour le samedi 3 février 2018 à 16:29 Par Marina Cabiten et Isabelle Lassalle, France Bleu

Motards et automobilistes étaient appelés par des associations à se mobiliser samedi dans toute la France, contre l'abaissement de la limitation de vitesse sur les routes secondaires. Elle doit passer de 90 à 80km/h le 1er juillet. C'était le troisième samedi de mobilisation.

Manifestation contre la limitation de la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires.
Manifestation contre la limitation de la vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires. © Maxppp -

Des manifestations étaient organisées à travers la France samedi, à l'appel de la Fédération française de motards en colère (FFMC) et de l'association 40 millions d'automobilistes, unies pour la première fois dans une action commune. Leur motif de colère : le passage à 80 km/h au lieu de 90 aujourd'hui de la vitesse maximale autorisée sur les routes secondaires, annoncé le mois dernier par le gouvernement.

C'était le troisième samedi de mobilisation. Les motards et automobilistes ont envahi les rues de plusieurs villes de France. 

Dans l'Hérault, à Vincennes, Chateauroux, Beauvais, Metz ou encore Toulouse...

Dans l'Hérault, un cortège de 300 motos a pris la route contre la limitation à 80 km/heure. À Vincennes, près de Paris, des centaines de motards en colère, rejoints par des automobiliste, sont partis du château direction la Tour Eiffel.

En Moselle, des dizaines de voitures se suivent au pas pour mener l'opération escargot. À Chateauroux, ce sont plusieurs centaines de motards en colère qui arpentent les rues en klaxonnant. Parmi les autres villes mobilisées, on retrouve Beauvais, Metz ou encore Toulouse.

"Un pansement sur une jambe de bois"

Le week-end dernier déjà, des défilés ont rassemblé plusieurs milliers de personnes, avec l'appui de collectifs départementaux créés sur Facebook et baptisés "Colère". 

D'autres actions sont prévues la semaine prochaine. Les explications données le 9 janvier par le Premier ministre Edouard Philippe pour justifier la limitation de la vitesse sur les routes secondaires à double sens sans séparateur central ont hérissé un certain nombre d'usagers de la route, motards en tête. 

On ne cherche pas à éviter que les accidents surviennent, mais on essaie de limiter l'impact. C'est un pansement sur une jambe de bois" -Didier Renoux, porte-parole de la FFMC 

La vitesse, toujours première cause d'accident

Le bilan de la mortalité routière pour 2017 affirme que le nombre de morts sur les routes a baissé l'an passé (3.693 tués, -1,2% par rapport à 2016) après trois années consécutives de hausse. Mais il y a eu davantage de blessés et d'accidents, et la vitesse reste la première cause. 

Selon le gouvernement, qui se base sur une modélisation des chercheurs suédois Nilsson et Elvik, baisser de 10 km/h la limitation de vitesse sur l'essentiel du réseau secondaire permettrait de sauver "350 à 400 vies" par an. Des chiffres contestés par les opposants.