Transports

Scandale des moteurs truqués de Volkswagen : les automobilistes dans le flou

Par Arnaud Racapé, France Bleu Bourgogne mardi 13 octobre 2015 à 16:47

Après le scandale, Volkswagen peine à répondre aux questions des usagers
Après le scandale, Volkswagen peine à répondre aux questions des usagers © Maxppp

La firme automobile allemande Volkswagen peine à désamorcer la bombe liée à ses moteurs diesel truqués. Depuis la révélation du scandale il y a trois semaines, les plaintes d'usagers se multiplient, et à Dijon comme ailleurs, même les revendeurs de la marque manquent d'informations.

En attendant le rappel annoncé des véhicules concernés d'ici quelques mois, annoncé la semaine dernière, la firme de Wolfsburg a créé un site internet d'information à l'attention des usagers. Sur ce site, les propriétaires de véhicules de la marque peuvent déterminer s'ils sont concernés ou non par le fameux logiciel fraudeur à l'origine du scandale. La direction France de la marque y exprime également ses regrets, et se veut rassurante :  _"_Volkswagen Group France souhaite répondre à vos questions et vous tenir informés des mesures et des solutions techniques qui seront apportées pour y remédier "

Je n'ai pas plus d'informations

Mais les informations tombent au compte-gouttes. Pour s'en convaincre, il suffit de voir la mine un peu contrite d'un responsable de la concession Volkswagen basée à Ahuy, au nord de Dijon. Sans surprise, il refuse de s'exprimer au micro, mais en aparté, il confie que 2.900 véhicules sont concernés dans cette seule structure. Il confirme aussi que de nombreux propriétaires sont déjà venus exprimer leur inquiétude, parfois leur colère. Mais la seule chose que l'on puisse faire, dit-il, c'est aller sur le site internet dédié, et déterminer si leur véhicule est concerné par le problème ou non. Pour le reste, le calendrier de rappel des véhicules, les modalités de remise aux normes, il n'a pas plus d'informations que ses clients.

Des utilisateurs inquiets de la décote sur leur véhicule

Un flou artistique dénoncé par les associations de consommateurs, et d'autres organismes de défense des automobilistes comme l'Automobile Club Association (ACA). Basée à Strasbourg, elle regroupe 800.000 adhérents dont 24.000 usagers bourguignons. Et les propriétaires de voitures siglées VW ont beaucoup de questions, soigneusement relayées par Céline Kastner, la directrice juridique de l'ACA. _"L'initiative de pouvoir vérifier en ligne si son véhicule est concerné ou non, c'est plutôt une bonne chose", concède-t-elle. "Mais les réponses sont floues en terme de périodicité, de calendrier, de ce qui sera vraiment proposé aux gens qui sont concernés. Ce n'est pas tellement une inquiétude technique, mais plutôt 'qu'est-ce que Volkswagen va faire pour moi, et puis concrètement est-ce que concrètement en tant que consommateur je vais payer le prix de ce bidouillage, au moment où j'envisagerai de revendre ma voiture sur le marché de l'occasion ?" _

Interrogations nombreuses, réponses inexistantes

A ces questions, pour l'heure, pas de réponse. Mais Céline Kastner ne désespère pas d'obtenir une réaction de la part de la firme allemande, et de régler le litige sur le terrain amiable. Mais de nombreuses questions restent en suspens : "nous sommes intervenus auprès de Volkswagen avec un certain nombre de dossiers dont nous sommes sûrs qu'ils sont concernés pas ce logiciel truqueur, et nous avons posé de nombreuses questions. En quoi va consister l'opération rappel ? Est-ce que les gens qui vont immobiliser leur véhicule pendant ce rappel vont être dédommagés ? Est-ce qu'ils vont avoir un véhicule de prêt ? Probablement qu'on va enlever ce logiciel truqueur mais concrètement, qu'est-ce qu'on va faire sur les mesures de dépollution pour que ces véhicules redeviennent conformes aux normes en vigueur ? Et puis comment Volkswagen envisage d'indemniser les utilisateurs sur la dépréciation de leur véhicule sur le marché de l'occasion ?

Pour l'heure, les automobilistes n'ont pour seul horizon que le mois de janvier 2016, date à laquelle Volkswagen prévoit de battre le rappel des 11 millions de véhicules concernés..