Transports

Scandale Volkswagen : 2,1 millions de véhicules concernés pour Audi, 1,2 million pour Skoda

Par Thibaut Lehut, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu lundi 28 septembre 2015 à 12:48 Mis à jour le lundi 28 septembre 2015 à 17:32

En Allemagne seule, 577.000 véhicules sont concernés.
En Allemagne seule, 577.000 véhicules sont concernés. © Max PPP

Le constructeur allemand Audi a annoncé ce lundi que 2,1 millions des véhicules qu'il produit étaient équipés du logiciel permettant de truquer les résultats des tests antipollution. Idem pour Skoda, qui chiffre à 1,2 million le nombre de voitures concernées.

Dommage collatéral du scandale Volkswagen : le constructeur Audi a confirmé ce lundi que ses véhicules étaient bien équipés du logiciel permettant de fausser les résultats antipollution. Selon le fabricant de voitures de luxe, 2,1 millions de voitures diesel sont concernées. L'Europe et les Etats-Unis sont touchés. Audi a en effet expliqué que 577.000 véhicules avaient été vendus sur le marché allemand, et 13.000 sur sol américain. 

La quasi-totalité de la gamme du constructeur allemand est concernée : l'A1, l'A3, l'A4 et l'A6, le coupé TT et les 4x4 Q3 et Q5.

Plus tard dans la journée, c'est Skoda qui a à son tour communiqué sur le sujet, estimant à 1,2 million le nombre de ses voitures concernées dans le monde.

>> A LIRE AUSSI : Votre voiture est-elle concernée ?

Information judiciaire contre l'ex PDG

La semaine passée, Volkswagen avait reconnu avoir équipé du dispositif de trucage 11 millions de véhicules de plusieurs de ses marques dans le monde entier. Et le cauchemar ne fait que commencer pour le groupe, qui risque 16 milliards d'euros d'amendes aux Etats-Unis. Ce week-end, de nouvelles révélations parues dans la presse allemande faisaient état d'une première alerte émise en 2007 par l'équipementier Bosch, qui avait alors prévenu Volkswagen que son dispositif était illégal.

Le nouveau patron de l'entreprise Matthias Müller a jusqu'au 7 octobre pour annoncer la manière dont les véhicules concernés vont être mis aux normes, au moins sur le territoire allemand. Une information judiciaire a par ailleurs été ouverte ce lundi contre son prédécesseur, Martin Winterkorn, qui a démissionné.