Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Sécurité routière : 223 voitures-radar privées vont quadriller huit régions d'ici la fin de l'année

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Les voitures-radars conduites par les entreprises privées vont continuer à être déployées sur les routes du pays. 223 véhicules vont circuler - et flasher- sur les axes de huit régions d'ici la fin 2021, a annoncé a Sécurité routière mercredi.

L'intérieur d'une voiture radar banalisée, lors de sa présentation à Evreux en 2017.
L'intérieur d'une voiture radar banalisée, lors de sa présentation à Evreux en 2017. © AFP - CHARLY TRIBALLEAU

Elles ne seront pas visibles dans la circulation, mais pourront vous coûter cher : les voitures-radar conduites par des entreprises privées vont continuer à être déployées sur les routes de France. D'ici la fin de l'année, une flotte de 223 véhicules va quadriller huit régions de France, alors qu'elles étaient étendues sur quatre régions jusqu'à présent.

Des berlines banalisées aux flashs invisibles 

Ces voitures-radar utilisent un flash infrarouge non-visible par les usagers. La plupart sont des berlines. Banalisées, elles sont insérées dans la circulation et équipées de caméras posées sur les plages avant et arrière afin de détecter automatiquement les excès de vitesse, sans flash visible. 

Ces voitures ne circulent qu'avec un chauffeur à bord, alors que dans celles des forces de l'ordre, un fonctionnaire conduit pendant que l'autre relève la vitesse maximum autorisée.

Expérimentation depuis 2018, huit régions fin 2021 

Prévue par un Comité interministériel de la sécurité routière en 2015, l'expérimentation de ces voitures a commencé en avril 2018 dans l'Eure et concernait, début janvier, 83 véhicules dans quatre régions : Normandie, Bretagne, Pays-de-la-Loire et Centre-Val de Loire.

Le dispositif sera élargi progressivement au reste de la France. Les autorités indiquent que quatre nouvelles régions sont concernées par l'expérimentation, avec des contrôles "opérationnels dans le courant du second semestre 2021" : Grand-Est, Hauts-de-France, Bourgogne-Franche-Comté et Nouvelle-Aquitaine.

"Fin 2021, le parc de voitures-radar à conduite externalisée sera alors de 223. Il sera alimenté par la reconversion de véhicules actuellement conduits par des policiers ou des gendarmes", a indiqué la Sécurité routière dans un communiqué de presse mercredi soir.

Le Parisien avait indiqué que les véhicules radar vont "se généraliser partout en France, avec 450 voitures en tout d'ici 2023". Les autorités n'ont pas confirmé ce chiffre. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

"Libérer du temps aux forces de l'ordre" et "faire respecter les limitations"

Pour l'heure, Mobiom, Securitas, OTI France et GSRsont les entreprises retenues via appel d'offre, chacune en charge de deux régions, a précisé à l'AFP la délégation rattachée au ministère de l'Intérieur. L'objectif du dispositif est de "libérer du temps aux forces de l'ordre" et "faire respecter les limitations de vitesse".

Pour Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière, "il est urgent, si l'on veut améliorer la sécurité routière dans notre pays, de généraliser sur l'ensemble du territoire national le déploiement de ces voitures banalisées et arrêter de faire des expérimentations"

Ces radars ne servent à rien - Pierre Chasseray, de 40 millions d'automobilistes

En revanche, Pierre Chasseray, délégué général de 40 millions d'automobilistes, considère que "ces radars ne servent à rien" car les conducteurs ne peuvent arrêter les contrevenants. "Le parti pris de la sécurité routière c'est de dire que les gens en excès de vitesse, finalement, ce n'est pas dangereux parce qu'ils acceptent de les photographier sans flash, mais ils continuent à les laisser rouler", a-t-il fustigé.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

D'ici la fin de l'année, 223 voiture-radar privées seront sur les routes françaises.
D'ici la fin de l'année, 223 voiture-radar privées seront sur les routes françaises. © Visactu - Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess