Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Sécurité routière : le nombre de morts en baisse de 13,5% en mars, en plein débat sur le 80km/h

lundi 23 avril 2018 à 16:22 - Mis à jour le lundi 23 avril 2018 à 17:22 Par Viviane Le Guen, France Bleu

Le nombre de morts sur les routes de France métropolitaine a baissé en mars de 13,5% sur un an annonce la Sécurité routière ce lundi. Preuve, pour les opposants à la limitation à 80km/h sur les routes secondaires, que la mesure qui entrera en vigueur le 1er juillet n'est pas nécessaire.

Le nombre de morts sur les routes de France métropolitaine a baissé de 13,5% entre mars 2017 et mars 2018.
Le nombre de morts sur les routes de France métropolitaine a baissé de 13,5% entre mars 2017 et mars 2018. © AFP - Nicolas TUCAT

231 personnes ont été tuées sur les routes de France métropolitaine en mars 2018, soit 36 de moins que l'an passé à la même période. Le nombre de morts a baissé de 13,5% en un an annonce la Sécurité routière ce lundi. D'après l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière, le nombre de blessés est également en baisse avec 5.074 personnes blessées, soit 1.078 de moins (-17,5%) qu'un an plus tôt.

Pas besoin du 80km/h pour 40 millions d'automobilistes

La baisse de la mortalité en mars concerne essentiellement les piétons et les motocyclistes. Mais elle "montre qu'on n'a pas besoin d'abaisser la limitation de vitesse", a réagi Pierre Chasseray, délégué général de 40 millions d'automobilistes et opposé à l'abaissement de 90 km/h à 80 km/h de la vitesse maximale sur les routes secondaires qui doit entrer en vigueur le 1er juillet.  

La mesure est très critiquée. L'association 40 millions d'automobilistes et la Fédération française des motards en colère ont notamment organisé plusieurs manifestations dans tout le pays. Elles accusent les autorités de "vouloir faire de l'argent".

Il serait  préférable d'"agir sur les comportements" et de "faire de la prévention" pour réduire la mortalité routière estime Pierre Chasseray. Disant entendre les "coups de sang" et les "énervements", Emmanuel Macron a expliqué lors de son interview télévisée le 13 avril que la mesure serait abandonnée après deux ans d'expérimentation si elle n'avait "pas d'efficacité" reconnue. Il a également répété que tout l'argent perçu par l'Etat en sanctionnant les contrevenants serait affecté aux "hôpitaux qui soignent les blessés de la route".

  - Visactu
© Visactu