Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports
Dossier : Sécurité Routière : journée #TousResponsables mercredi 18 septembre

Journée spéciale "sécurité routière" : quels sont les pouvoirs des maires ?

-
Par , France Bleu

À l’occasion de notre journée spéciale « Sécurité routière », focus sur le pouvoir des maires en la matière. Ils peuvent délimiter des zones 30, organiser des formations ou décider de l'installation de ralentisseurs dans les secteurs identifiés comme risqués pour les piétons.

Parmi les champs d'action des maires, la possibilité de créer des zones limitées à 30 km/h en agglomération
Parmi les champs d'action des maires, la possibilité de créer des zones limitées à 30 km/h en agglomération © Maxppp - Paul Zinken

Alors que la mortalité routière est repartie à la hausse au mois d'août (+ 17,9%), France Bleu et France 3 consacrent une journée spéciale à la Sécurité Routière, ce mercredi 18 septembre. Selon le ministère de l'intérieur et la sécurité routière, les élus locaux sont des acteurs à part entière de la sécurité routière sur leur territoire. 

Concrètement, les maires peuvent agir d'une dizaine de manières différentes au sein de leur ville. On sait que 80% des tués sur la route sont victimes d'un accident dans leur département de résidence.

Zones 30, ralentisseurs, écluses

Les maires ont différentes possibilités pour aménager la route pour faire en sorte que les usagers ralentissent - Aucun(e)
Les maires ont différentes possibilités pour aménager la route pour faire en sorte que les usagers ralentissent - Patrice Champon, CEREMA Centre-Est

Ils ont la possibilité d'imposer des limitations de vitesse avec des zones 30, des ralentisseurs, des chicanes ou des écluses qui permettent de créer une circulation alternée.

Réduire la vitesse permet mécaniquement de réduire le nombre de tués.

Entre un choc à 30 km/h et un choc à 50 km/h le risque de décès d'un piéton est multiplié par six. La vitesse modifie le champ de vision et les possibilités de réagir, rallonge les distances de freinage et aggrave les conséquences en augmentant la violence du choc. 

Les maires ont également la possibilité d'organiser des opérations de contrôle routier avec la police et la gendarmerie et de s'assurer que ceux qui ont trop bu rentrent en toute sécurité quand ils prêtent une salle communale.

Être maire c'est aussi créer des réseaux de "pédibus" ou des actions de sensibilisations avec des stands et des simulateurs. 

Plus globalement l'édile peut organiser une vraie politique de sécurité routière, avec un élu désigné, un référent, pour contrôler que l'arrêt de bus, le nouveau lotissement, ou l'implantation du centre commercial flambant neuf respecte les principes de la sécurité routière et ne soit pas fait dans un secteur connu comme accidentogène. Le tout en écoutant les élus des communes limitrophes et les habitants qui sont souvent les premiers à identifier les problématiques.

Choix de la station

France Bleu