Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Transports

Alcool au volant : l'éthylotest anti-démarrage peut désormais remplacer la suspension du permis partout en France

mardi 12 mars 2019 à 17:09 Par Coline Ziegler, France Bleu

Ce mardi, la Sécurité routière annonce que l’éthylotest antidémarrage va être autorisé sur la totalité du territoire. Le conducteur qui sera contrôlé en situation d'alcoolémie pourra, sur décision préfectorale, garder son permis seulement si son véhicule est équipé de l'éthylotest antidémarrage.

L'installation d'un éthylotest antidémarrage a été officiellement étendue à l'ensemble du territoire.
L'installation d'un éthylotest antidémarrage a été officiellement étendue à l'ensemble du territoire. © Maxppp -

Les préfets peuvent désormais autoriser, sur la totalité du territoire, l’installation d’un éthylotest antidémarrage (EAD) dans les véhicules, annonce la Sécurité routière, ce mardi. Cela s’inscrit dans la continuité du projet de janvier 2018 annoncé pendant un Conseil interministériel de sécurité routière. Ce dispositif se présente comme une alternative à la suspension de permis de conduire pour les personnes en état d’alcoolémie. La mesure était déjà testée dans sept départements : Drôme, Finistère, La Réunion, Loiret, Manche, Nord et Vendée. Ce dispositif est maintenant étendu sur la totalité du territoire. 

"Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, a adressé à tous les préfets une note les invitant à mettre en œuvre cette nouvelle possibilité", explique la Sécurité routière dans un communiqué.

Concrètement, un éthylotest est jumelé au circuit d’alimentation du véhicule. Le conducteur doit avant de pouvoir démarrer souffler dans l’éthylotest. Si son taux d’alcool est supérieur à 0,5 g/l de sang le conducteur ne pourra tout simplement pas démarrer son véhicule.

Une mesure de prévention efficace 

Lorsqu'une personne est interpellée avec un taux d’alcoolémie supérieur à 0,8 g/l de sang, elle relève du tribunal correctionnel sauf en cas de récidive. À la place d'un retrait de permis de conduire, le tribunal peut proposer l’installation d'un éthylotest antidémarrage dans le véhicule de la personne concernée. Plutôt que risquer de perdre son permis, le conducteur pourra garder le droit de conduire et donc souvent son activité professionnelle. La mise en place du dispositif coûte 1.300€ environ ou 100 € par mois, à la charge du propriétaire. "Ce dispositif (...) est responsabilisant et exemplaire, ce qui lui confère son efficacité, amplement démontrée à l'étranger", souligne la Sécurité routière.

Cette option préfectorale prévoit cependant une durée initiale maximale de six mois sauf si le tribunal le prolonge jusqu’à cinq ans. Il peut aussi "choisir de moduler l'amende encourue jusqu'à un maximum de 4.500 euros, ce qui permettra de compenser le coût de l'installation de l'EAD à la charge de la personne en infraction", rajoute la Sécurité routière. En 2017, 1.035 personnes sont mortes après un accident de la route dû à un abus d’alcool et que l’on estime à 20,8% le taux des délits liés à l’alcool au volant.

Les principales mesures pour la sécurité routière. - Visactu
Les principales mesures pour la sécurité routière. © Visactu -