Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Sétram : les syndicats à la rencontre des usagers sarthois

Par

Ce jeudi 24 juin, des membres du personnel de la Setram se sont donnés rendez-vous place de la République pour cette-fois-ci rencontrer les usagers afin de leur expliquer la raison des grèves répétées depuis plusieurs mois. Des revendications pas toujours comprises par les riverains.

Des salariés de la Setram sont allés à la rencontre des Manceaux pour leur expliquer les raisons des nombreuses grèves sur le réseau ces derniers mois. Des salariés de la Setram sont allés à la rencontre des Manceaux pour leur expliquer les raisons des nombreuses grèves sur le réseau ces derniers mois.
Des salariés de la Setram sont allés à la rencontre des Manceaux pour leur expliquer les raisons des nombreuses grèves sur le réseau ces derniers mois. © Radio France - Jean Rinaud

Les employés de la Setram se sont donnés rendez-vous jeudi 24 juin vers 11h place de la République, afin de répondre aux interrogations des usagers, concernant les grèves répétées sur le réseau de transport manceaux ces derniers mois. Des perturbations qui vont d'ailleurs continués vendredi et samedi puisque les salariés réclament l'obtention d'une prime Macron de 300 euros. En tout une dizaine de personnes se sont arrêtés au stand comme Alicia, 19 ans, serveuse dans un restaurant du Mans. 

Publicité
Logo France Bleu

Je suis allé à la rencontre des syndicats de la Setram, car je les entends se plaindre de leur salaire de 1.900 euros alors que j'en gagne que 600 par mois. Clairement avec 1.900 euros à être assis dans un bus, jamais je ne penserais à me plaindre.

Louis Félix, ancien chauffeur de bus en Martinique s'est aussi arrêté au stand de la Setram, curieux de connaître la raison des manifestations de ces derniers mois. " Je me suis demandé pourquoi ils se plaignaient, apparemment c'était pour les pauses et les avantages qu'ils n'ont pas, je les comprends, mais en Martinique ce métier était encore plus difficile". 

Répondre aux attaques des réseaux sociaux 

Les discussions sont animées, mais les syndicats font valoir leurs arguments et les difficultés rencontrées dans leur métier. Insécurité dans les transports, horaires instables, une présence durant toute la période du Coronavirus, c'est ce qui justifie pour Jennifer Fauvel, la prime Macron de 300 euros réclamée depuis des mois. "_Au tout début de la crise du Covid on a commencé à travailler sans masque, sans aucune précaution, aujourd'hui on cherche juste un minimum de reconnaissance de la part de notre employeur, ni plus ni moin_s." Pour le personnel, c'est aussi une manière de répondre aux attaques récurrentes de la part de certains Manceaux sur les réseaux sociaux. Une rencontre avec les usagers qui risque d'être reconduite dans les prochaines semaines selon l'avancée des négociations. 

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu