Transports

Simulation d'un accident de TGV dans le tunnel Marseille-Cabriès

Par Claire Bargelès, France Bleu Provence vendredi 7 octobre 2016 à 22:14

A l'intérieur, 200 figurants simulaient les passagers, dont une cinquantaine qui jouaient les blessés.
A l'intérieur, 200 figurants simulaient les passagers, dont une cinquantaine qui jouaient les blessés. © Radio France - Claire Bargelès

Plus de 150 pompiers des Bouches-du-Rhône et du bataillon des marins-pompiers de Marseille se sont entraînés lors d'un exercice de secours grandeur nature, dans la nuit de jeudi à vendredi. Avec pour but de tester les automatismes d'intervention et l'utilisation d'engins spécifiques.

Il est 23 heures 30 quand un accident de train survient dans le tunnel LGV Marseille-Cabriès. 200 personnes sont piégées dans les rames, dont une cinquantaine de blessés. Aussitôt les secours s'organisent : le matériel pour intervenir dans le tunnel est acheminé sur place, et les pompiers prennent en charge les premières victimes, selon la gravité de leurs blessures.

La simulation se déroule en plein milieu du tunnel de 8km. - Radio France
La simulation se déroule en plein milieu du tunnel de 8km. © Radio France - Claire Bargelès

Ce scénario ne s'est encore jamais produit dans ce tunnel de 8 km de long mais l'exercice, organisé dans la nuit de jeudi à vendredi, permet aux secours d'être prêts à intervenir dans cet environnement particulier.

Une simulation grandeur nature

Les secours s'exercent chaque année grâce à ce type de simulation, mais cette fois, c'est un exercice de très grande ampleur qui est organisé, le plus important depuis 2008.

40 véhicules des sapeurs pompiers des Bouches-du-Rhônes ont été mobilisés pour l'exercice. - Radio France
40 véhicules des sapeurs pompiers des Bouches-du-Rhônes ont été mobilisés pour l'exercice. © Radio France - Claire Bargelès

Pendant près de cinq heures, les pompiers, le SAMU, la SNCF et la sécurité civile ont évacué les passagers, soigné les victimes pour finalement permettre à la circulation ferroviaire de reprendre.

Tester le matériel et la coordination

L'intervention des secours dans un tunnel n'est pas un exercice anodin. L'accès au TGV bloqué et l'évacuation des victimes est beaucoup plus lent que lors des interventions classiques. Impossible de circuler sur les voies avec des camions de secours classiques : il faut donc utiliser du matériel particulier, et des engins capables de rouler sur les rails.

Les victimes sont évacuées dans une navette spécialement conçue pour circuler sur les rails. - Radio France
Les victimes sont évacuées dans une navette spécialement conçue pour circuler sur les rails. © Radio France - Claire Bargelès

Cette chenillette permet de circuler sur les rails pour transporter du matériel ou des secouristes à l'intérieur du tunnel. - Radio France
Cette chenillette permet de circuler sur les rails pour transporter du matériel ou des secouristes à l'intérieur du tunnel. © Radio France - Claire Bargelès

Autre particularité : il faut coordonner l'évacuation des victimes des deux côtés du tunnel. Du côté des Pennes-Mirabeau, ce sont les pompiers des Bouches-du-Rhône qui sont à la manœuvre. Mais de l'autre côté du tunnel, au Sud, les marins-pompiers de Marseille évacuent aussi une partie des victimes.

Gérer l'urgence parmi les victimes

Une fois sur place, l'urgence pour les secours est de faire le tri parmi les passagers, et de traiter en urgence les victimes les plus gravement touchées, pour les évacuer.

Pas facile de prendre en charge les victimes dans l'espace confiné de la rame de TGV. - Radio France
Pas facile de prendre en charge les victimes dans l'espace confiné de la rame de TGV. © Radio France - Claire Bargelès

Dans le train, ce sont des élèves infirmiers qui se prêtent à l'exercice, simulant des blessures plus ou moins graves. Et quelques étudiants anglophones se trouvent parmi eux : un défi supplémentaire pour les secours qui doivent être prêts à toute éventualité, même à parler anglais.

Partager sur :