Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Canicule : 78 départements en vigilance orange, "le recours au soin commence à augmenter"
Transports

SNCF : J'ai testé pour vous un trajet en train Le Havre-Rouen-Paris

A l'heure des grands chantiers pour la SNCF, France Bleu Normandie a testé pour vous un voyage en train depuis Le Havre, en passant par Rouen, arrivée à Paris Saint-Lazare. Une ligne souvent décriée par les voyageurs.

Les voyageurs montent en gare de Rouen, direction Paris, il est 7H25
Les voyageurs montent en gare de Rouen, direction Paris, il est 7H25 © Radio France - Amélie Bonté

Le Havre, France

La future réforme de la SNCF est annoncée par le gouvernement d'ici cet été. En attendant les voyageurs de la ligne Le Havre-Rouen-Paris sont à bout. France Bleu Normandie a fait le voyage avec eux ce jeudi matin.

6H du matin, la gare du Havre s'éveille

Déjà un Flixbus sur le parking extérieur de la gare avec à bord des passagers qui préfèrent le bus au train. Quelques taxis attendent également juste à côté de la sortie de la gare. A l'intérieur, c'est assez désert, un agent de nettoyage sur les quais, les contrôleurs qui arrivent et des passagers se rendant au compte-goutte vers le train, sac sur le dos, valise au bout de la main ou encore écouteurs sur les oreilles.

6H27, départ du train, dans la nuit noire. L'Intercité traverse la campagne normande encore endormie. A son bord Maryse, qui a fait une grasse matinée en prenant ce train là, d'habitude c'est plutôt le 5H25. Elle fait le trajet tous les jours vers Paris et voici comment elle décrit ses conditions de voyage : 

C'est infernal et inadmissible"

Elle veut qu'on l'appelle "cliente" et non pas "usager" car elle paye son abonnement. Pourtant impossible pour elle de bien travailler dans ce train sans tablettes ni Wi-Fi. Impossible aussi d'arriver avant 10H à Bruxelles pour des réunions de travail par exemple car le trajet est trop long, elle doit donc partir la veille. Alain fait aussi le trajet tous les matins entre Le Havre et Rouen, avec son vélo

Je connais ce trajet par coeur ! Après Motteville, ça secoue moins"

Alain et son vélo, tous les jours dans Le Havre-Rouen - Radio France
Alain et son vélo, tous les jours dans Le Havre-Rouen © Radio France - Amélie Bonté

Selon lui, le train est "un peu vieillot mais ça va". En revanche il aimerait qu'il soit à l'heure, surtout quand il rentre le soir. 

Il faut du changement, c'est sûr"

D'après les contrôleurs, pour l'instant c'est encore calme, les gens montent surtout en gare d'Yvetot et de Rouen.

7H25, en gare de Rouen, le train est plein

En gare de Rouen, à l'heure de pointe, 7H25, le train se remplit - Radio France
En gare de Rouen, à l'heure de pointe, 7H25, le train se remplit © Radio France - Amélie Bonté

Les wagons étaient encore clairsemés avant Rouen, mais désormais le train est plein. Des voyageurs sont debout ou assis dans les escaliers. Moi aussi d'ailleurs, car quand on fait des va-et-vient dans les wagons, difficile de garder sa place assise très longtemps ! Je suis pas mal secouée, difficile de marcher dans les allées sans s'agripper aux sièges. Il faut aussi éviter les sacs, car il n'y a pas d'étagères pour les bagages. Je vois beaucoup de voyageurs terminer leur nuit, écouter de la musique, lire le journal, travailler avec leur ordinateur sur les genoux.

J'ai oublié de charger ma batterie et il n'y a pas de prise"- un voyageur mensuel

Je croise Emilie et Stéphanie, deux copines qui se sont rencontrées dans le train, au bout de plusieurs années de voyage quotidien entre Rouen et Paris. Ce matin elles se disent chanceuses d'avoir deux places assises. Elles décrivent des conditions de transport pas vraiment idéales "les fenêtres qui laissent passer le froid" par exemple. Le train est également très bruyant, non pas parce que les gens parlent fort mais plutôt parce qu'il n'y a pas de  séparation entre les voitures et les plate-formes et qu'à chaque fois qu'un train passe en sens inverse, on entend un fort sifflement qui a d'ailleurs fait sursauter des collégiens, adossés à la vitre de la fenêtre. 

Stéphanie et Emilie se sont rencontrées dans le train, elles le prennent tous les matins entre Rouen et Paris - Radio France
Stéphanie et Emilie se sont rencontrées dans le train, elles le prennent tous les matins entre Rouen et Paris © Radio France - Amélie Bonté

Une dizaine de minutes avant l'heure d'arrivée à Paris, certains voyageurs se pressent vers l'avant du train, pour gagner quelques minutes sur leur trajet vers leur lieu de travail. 

8H43, arrivée en gare de Paris Saint-Lazare

A quelques minutes près, le train est à l'heure. C'est alors un flot de voyageurs normands qui envahit le quai. Je me fais aborder par Anne, une voyageuse régulière       ( trois voyages / semaine) qui me dit que son trajet de ce matin s'est globalement bien passé car elle avait une place assise. 

Je voulais signaler qu'il n'y a pas d'eau dans les toilettes"

Anne prend le Rouen-Paris 3 fois / semaine - Radio France
Anne prend le Rouen-Paris 3 fois / semaine © Radio France - Amélie Bonté

Rapidement Anne revient sur les dernières semaines, très compliquées en raison des conditions climatiques. Elle paye 423€ d'abonnement chaque mois pour être tout le temps en retard, surtout le soir quand elle veut rentrer pour s'occuper de ses 4 enfants.

Il y a 7 ans je mettais 1H07, aujourd'hui c'est 1H18 !"

Désormais en gare, en  quelques minutes le quai se vide, les normands sont tous partis travailler. Beaucoup redoutent le train retour de la fin de journée, s'il n'est pas supprimé ou en retard, ils espèrent voyager assis. Tous les voyageurs que j'ai rencontré ce matin ne souhaitent qu'une chose en priorité, que les trains soient à l'heure. 

A  noter que pour réaliser ce reportage « je parle, je vois et je raconte », nous  avons dû demander une autorisation à la SNCF et une chargée de communication  était présente avec moi pendant le trajet.