Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

SNCF : l'opération Vive le Train ! c'est bien mais il faut surtout mettre des moyens pour Christophe Marre, de la CGT

-
Par , France Bleu Occitanie

Christophe Marre, le représentant régional de la CGT cheminots en Occitanie, était l'invité de France Bleu Occitanie ce mardi. Passage en revue de l'opération "Vive le train !", mais aussi du climat social à la SNCF, un an après les grandes grèves du printemps 2018.

Christophe Marre, secrétaire régional de la CGT cheminots
Christophe Marre, secrétaire régional de la CGT cheminots © Radio France - Capture écran

Occitanie, France

La SNCF organise cette semaine une grande campagne de communication. L'entreprise ferroviaire ouvre ses portes partout en France avec l'opération Vive le train ! On peut entrer dans une cabine de pilotage ou dans un poste d'aiguillage et découvrir les coulisses. 

"C'est bien de montrer nos métiers au quotidien car il y a près de 400 métiers à la SNCF" explique Christophe Marre, le secrétaire régional de la CGT cheminots en Occitanie, qui était l'invité de France Bleu ce mardi. Mais il ajoute que "c'est une campagne qui a du coûter plusieurs centaines de millions d'euros" et que "c'est dommage qu'on ne mette pas les moyens de faire marcher le train au quotidien". 

Postes à pourvoir

La SNCF double cette opération Vive le train ! d'un forum de recrutement ces mardi et mercredi avec 4000 à 5000 CDI à pourvoir cette année. Il y a notamment un rendez-vous à Montpellier. Mais là aussi Christophe Marre est critique et dénonce des chiffres en trompe-l’œil car dit-il, "ça ne remplace pas tous les postes supprimés chaque année".  

La CGT dénonce toujours les réformes en cours dans le ferroviaire.  Il reste des tensions un an après la grande mobilisation du printemps 2018. Quatre syndicats appellent d'ailleurs à une mobilisation nationale le 4 juin pour protester contre "le sabotage de l'entreprise".