Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Droit de retrait à la SNCF : trafic toujours perturbé samedi matin

- Mis à jour le -
Par , , , , France Bleu, France Bleu Paris

Le trafic des trains est perturbé dans plusieurs régions depuis ce vendredi. Les conducteurs exercent leur droit de retrait après une collision entre un TER et un camion en Champagne-Ardenne. Pour ce samedi, la SNCF s'attend à "une situation très sensiblement identique" à celle de la veille.

Une grève SNCF perturbe le trafic des trains le premier jour des départs en vacances de la Toussaint à la gare de Lyon de Paris.
Une grève SNCF perturbe le trafic des trains le premier jour des départs en vacances de la Toussaint à la gare de Lyon de Paris. © Maxppp - Olivier Corsan

Cinq heures de discussions ce vendredi soir entre syndicats et direction n'ont rien donné. Les deux parties se sont séparées sans accord et devraient se voir dans le "courant de la semaine prochaine", annonce la SNCF, qui s'attend donc pour ce samedi à "une situation très sensiblement identique" à celle de la veille. En cause : un mouvement social inopiné, après l'accident d'un TER en Champagne-Ardenne. Les conducteurs appliquent leur droit de retrait. La direction de la SNCF, qui considère ce mouvement comme une "grève sans préavis", conseille aux usagers de reporter leurs voyage. 

Peu de TER, pas de Ouigo, mais des TGV 

Les TER sont encore très perturbés. Ce samedi matin, plusieurs trains sont supprimés. Ils sont en provenance de Chartres, Tours, Bordeaux, Laroche-Migennes, Troyes, ou Saint Dizier. D'autres sont annoncés avec du retard. Dans les Alpes-Maritimes, les TER circulent à nouveau depuis ce samedi matin. 

Tous les trains Ouigo sont annulés, sachant que que les clients seront « automatiquement remboursés d'ici le mercredi 23 octobre. Le trafic TGV est également concerné, mais a priori beaucoup plus légèrement : 9 trains sur 10 assurés dans les régions Sud-Est et Atlantique-Ouest. le trafic sera normal dans le Nord et l’Est.

Difficultés aussi sur le RER et le réseau Transilien

Les RER A, B et D et les ligne H, J, L et R sont également perturbés :   

  • RER A : trafic perturbé entre La Défense et Poissy et entre La Défense et Cergy le Haut.    
  • RER B: trafic extrêmement perturbé entre Paris Nord et Mitry Claye / Aéroport CDG 2.  Trafic normal entre Paris Nord et Robinson / Saint-Rémy lès Chevreuse.    
  • RER D : quasiment aucun train ne circule sur la ligne.    
  • Ligne : H, J et L : trafic perturbé sur l'ensemble de la ligne    
  • Ligne R : Aucun train entre Melun et Montereau via Hericy et entre Moret et Montargis.  Quasiment aucun train entre Paris et Montereau via Moret.

► Voir les prévisions près de chez vous ce samedi, en bas de cet article

Les conducteurs exercent leur droit de retrait

Les conducteurs de train sont en fait appelés à cesser le travail par la CGT cheminots après la collision, mercredi, entre un TER et un camion à un passage à niveau des Ardennes. Ils font valoir leur droit de retrait suite à cet accident, car le conducteur, blessé, a dû gérer seul la situation : il n'y avait pas de contrôleur à bord. Onze personnes ont été légèrement blessés dans l'accident. Les conducteurs dénoncent l'absence de plus en plus fréquente des contrôleurs à bord des trains.

Le droit de retrait, prévu par le Code du travail, ne nécessite pas de dépôt de préavis et n'entraîne ni sanction ni retenue de salaire.

Un mouvement "pas normal" pour le gouvernement

Le secrétaire d'État aux Transports a déploré une "grève surprise hors du cadre légal". Il n'est "pas normal de prendre les usagers à témoin d'une prise de position syndicale sur un dispositif qu'ils contestent", a estimé Jean-Baptiste Djebbari. "Les trois quarts des TER sont exploités seuls à bord", a fait valoir le secrétaire d'État qui y voit "une mesure de conduite homologuée" pratiquée "partout en Europe".

Une grève sans préavis "inadmissible" pour la direction

"Ce n'est pas admissible, c'est une grève surprise qui ne respecte pas la loi sur la grève dans les services publics, ce n'est pas un droit de retrait, il n'y a aucun danger grave et imminent sur aucun train à la SNCF", a dénoncé Guillaume Pépy, le patron de la SNCF samedi matin sur BFM TV. "Nous sommes en train d'étudier la voie judiciaire, pour faire juger qu'il s'agit bien d'une grève et non pas d'un droit de retrait", a-t-il précisé. 

Vendredi, une réunion a eu lieu entre la direction de la SNCF et les syndicats, pour tenter de trouver une solution à ce mouvement. A la mi-journée, des membres de la direction de l'entreprise se sont exprimés. Franck Lacroix, le directeur général SNCF-TER , estime que ce "mouvement social inopiné" est une "grève sans préavis". C'est "inacceptable", a-t-il affirmé, appelant à "la reprise du service normal".

La fédération des usagers dénonce une "prise d'otages" inadmissible

"Ce qui est intolérable dans le droit de retrait tel qu'il est pratiqué collectivement, c'est que les usagers n'ont aucun moyen de prévoir les choses, de s'organiser, ils sont pris en otage quasiment pour la journée, c'est absolument inadmissible", a dénoncé sur franceinfo Bruno Gazeau, président de la FNAUT, la Fédération nationale des associations d'usagers des transports.

"Le droit de retrait est un droit individuel", a rappelé Bruno Gazeau, "contrairement au droit de grève qui est un droit collectif. La différence entre les deux, c'est que le droit de retrait répond à une menace grave et imminente, alors que le droit de grève est organisé pour qu'il y ait un dépôt de préavis, l'obligation de faire une réunion de concertation, l'obligation de se déclarer gréviste et pour la SNCF de faire un plan de transport.

Les perturbations près de chez vous ce samedi 19 octobre

Les perturbations près de chez vous ce vendredi 18 octobre

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu