Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

SNCF : le train des primeurs entre Perpignan et Rungis prolongé au-delà du 30 juin

L'activité du train de fret pour les primeurs entre Perpignan et Rungis a été prolongée. Elle ne s'arrêtera pas le 30 juin 2019, indique ce vendredi le ministère des Transports à l'issue d'une réunion sur ce train.

Rungis
Rungis © Maxppp - LP/ Jean Nicholas Guillo

Île-de-France, France

Le ministère des Transports a décidé ce vendredi de ne pas arrêter pour l'instant le train des primeurs entre Perpignan et Rungis. Ce train devait être mis hors service le 30 juin 2019. La ministère, à l'issue d'une réunion, qu'il avait organisée sur le sujet, a choisi de le prolonger.

Il "continuera de circuler au moins jusqu’à la fin de la saison haute en cours", indique le ministère. Au-delà, la liaison pourrait être maintenue "jusqu’à la fin de l’année aux conditions actuelles du contrat, échéance au-delà de laquelle les wagons seront hors d’usage. Une discussion commerciale doit s’engager avec ses clients afin qu’ils confirment leur intérêt", précise-t-on.

Des élus avaient défendu ce train

Le président du Conseil départemental du Val-de-Marne, Christian Favier, avait défendu ce train. Il est contre son arrêt et il avait demandé à la SNCF et à Elisabeth Borne, la ministre chargée des Transports, de revenir sur cette décision. 

Le président du département avait rappelé que ce train et son activité de fret permettaient d'éviter la circulation de 20.000 camions supplémentaires sur les routes du Val-de-Marne. 

Ce train arrive en fin de vie avait indiqué Guillaume Pépy

Le président de la SNCF, invité de France Bleu Paris mardi 14 mai avait évoqué le problème. Il estime que ce train est en fin de vie et qu'il faut 30 millions d'euros pour de nouveau wagons frigorifiques. On est prêt à garder ce train avait indiqué Guillaume Pépy mais "il faut avoir en face un contrat qui nous permette, dans la durée, de faire cet investissement car c'est de l'argent public qui va être dépensé", avait-il ajouté.