Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Transports, circulation : les principaux points noirs en France

SNCF : quand la liaison TGV entre les Ardennes et Paris est mise à mal

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Les changements d'horaires des liaisons TGV entre Paris et les Ardennes perturbent le quotidien des usagers et agacent les élus.

Les TGV ardennais ne passent plus aux mêmes horaires
Les TGV ardennais ne passent plus aux mêmes horaires © Radio France - Thierry Colin

Depuis le mois de décembre 2018, la SNCF a changé les horaires des deux TGV quotidiens Sedan-Charleville-Mézières-Rethel-Reims-Paris.  

Deux trains retardés, un troisième avancé

Le premier train du matin en provenance de Paris a été retardé d'une heure et n'arrive à Charleville-Mézières qu'à 10h44. Un peu tard pour entamer une réunion de travail aux yeux des acteurs économiques locaux. 

Dans le sens inverse, des Ardennes vers Paris, le premier départ est avancé d'une heure, à 6h46. "D'accord, ça permet d'arriver plus tôt sur Paris, vers 8h30, et d'être à l'heure plus régulièrement. Mais, niveau fatigue, c'est compliqué", témoigne Olivier, qui fait ce trajet deux fois par semaine. 

La SNCF a également retardé de trois heures le départ de la seconde liaison directe de la journée à 13h14 au lieu de 10h35. Oublié le rendez-vous d’affaires pour le déjeuner, les Ardennais arrivent Gare de l’Est à l’heure du goûter, 15h01.

L'alternative TER insatisfaisante

Le matin, il reste possible d'opter pour l'un des quatre TER en direction de Reims et d’attraper une correspondance TGV mais, passé 7h09, il faut alors compter plus de trois heures de trajet pour rallier la capitale quand le TGV direct ne met que 1h45. 

Et puis, il y a les risques de rupture de correspondance. « Récemment, le TER en partance de Charleville avait un peu de retard en arrivant à Reims. Et en sortant du TER, on se retrouve sur le quai juste en face et on voit le TGV partir », raconte Jean, qui fait l’aller-retour au moins une fois par semaine. 

Les Ardennes ont payé pour le TGV

Les élus ardennais, qui dénoncent une décision prise sans concertation, sont d’autant plus contrariés que les allers-retours quotidiens entre les Ardennes et Paris en TGV direct étaient la contrepartie du financement consenti par le Conseil général des Ardennes à la construction du TGV Est : une contribution de 15 millions d’euros que la collectivité n’était pas tenue de verser. Déjà en 2012, les Ardennes avaient perdu un aller-retour quotidien vers Paris. 

Vous prenez vraiment les Ardennais pour des cons !" - Pierre Cordier, député apparenté LR des Ardennes, à Guillaume Pépy, PDG de la SNCF

À plusieurs reprises depuis le mois de novembre, des parlementaires, des maires du département s’en sont émus directement auprès d’Emmanuel Macron. Lors d’un rendez-vous avec la direction des TGV Grand-Est en décembre, les élus ont reçu l’assurance que si de nouveaux changements devaient être effectués, cela se ferait dans la concertation. 

À lire aussi ► Transports, circulation : découvrez la carte France Bleu des principaux points noirs en France

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu