Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

SNCF : trafic quasi normal mardi, mais le conflit n'est pas réglé

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le trafic SNCF sera quasi normal ce mardi, même si le conflit n'est pas réglé entre les syndicats et la direction concernant la sécurité des trains circulant sans contrôleur, après l'accident de Champagne-Ardenne.

Vers un retour à la normale à la SNCF
Vers un retour à la normale à la SNCF © AFP - Denis Meyer / Hans Lucas

France

Le trafic SNCF sera de retour quasi à la normale, ce mardi, après quatre jours de ce bras de fer entre syndicats et direction autour du droit de retrait

La SNCF prévoit "neuf TER sur dix" mardi, le trafic restant perturbé en Champagne-Ardenne (trois TER sur dix en circulation) et Pays de la Loire (un TER sur deux), a-t-on appris auprès de la direction.

Le trafic sera normal pour les TGV et Ouigo, ainsi que pour les RER et Transilien en Île-de-France, et quasi normal pour les Intercités (98% des trains assurés).

Un conflit sur fond de malaise social persistant

A l'origine du mouvement, un accident survenu lorsqu'un TER reliant Charleville-Mézières à Reims a percuté un convoi routier exceptionnel coincé sur un passage à niveau, faisant 11 blessés dont plusieurs hospitalisés. Le conducteur, qui a porté secours aux passagers alors qu'il était lui-même blessé, était le seul agent SNCF à bord.

Les syndicats contestent ce mode de fonctionnement, qui permet de faire circuler des trains sans contrôleur. Ils pointent aussi des problèmes de sécurité particuliers à l'engin accidenté, un autorail grande capacité (AGC).

La direction a mis sur la table trois propositions qui ne les satisfont pas: modification de "certains équipements" de l'AGC ; des groupes de travail sur les procédures de sécurité "dans les jours qui viennent" et "accélération" des recrutements, selon Guillaume Pepy.

Le patron de la SNCF a dénoncé une "grève surprise qui ne respecte pas la loi", puisque à la SNCF le préavis est obligatoire. Pour les syndicats, au contraire, il s'agit bien d'un droit de retrait, une procédure exercée par un salarié lorsqu'il considère qu'il existe un danger grave et imminent pour sa vie et sa santé, ou s'il constate une défectuosité dans les systèmes de protection.

Billets remboursés, frais exceptionnels indemnisés

Pour les voyageurs dont le train est supprimé malgré le retour progressif à la normale, la SNCF prévoit le remboursement intégral du billet. Le patron de la SNCF a promis dimanche soir que tous les billets, quelles que soient leurs conditions, seraient remboursés à 100%. 

Par ailleurs, Guillaume Pépy a également annoncé la création d'un fonds d'indemnisation d'un million d'euros pour couvrir les frais exceptionnels des voyageurs, comme l'achat d'un autre billet de train, de bus ou d'avion ou encore la perte d'une nuit d'hôtel pour ceux qui partaient en vacances. Une adresse mail sera créée à cet effet dans la semaine. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu