Transports

SNCM : les offres corses tiennent la barre

France Bleu RCFM et France Bleu vendredi 25 septembre 2015 à 6:19

SNCM, le Paglia Orba
SNCM, le Paglia Orba © Radio France - Patrick Rossi

Le sort de la SNCM se joue aujourd'hui à Marseille. Le tribunal de commerce doit se prononcer, ce vendredi 25 septembre, sur les quatre offres de reprises. Des candidats à la reprise qui avaient jusqu'à mardi minuit pour améliorer leur offre.

Le sort de la SNCM se joue aujourd'hui à Marseille. Le tribunal de commerce doit se prononcer, ce vendredi 25 septembre, sur les quatre offres de reprises. Des candidats à la reprise qui avaient jusqu'à mardi minuit pour améliorer leur offre.

Après la mise en redressement judiciaire de la compagnie maritime, un premier appel d'offres s'était avéré infructueux en novembre 2014. Bis repetita donc. En amont de la décision des juges, un comité d'entreprise extraordinaire de la SNCM s'est tenu jeudi 24 septembre dans la cité phocéenne. Les élus ont pu examiner le rapport des administrateurs judiciaires. Deux offres ont apparemment leurs faveurs. Il s’agit des deux offres corses, à commencer par celle de Patrick Rocca. Les administrateurs estiment que le volet social de son offre s'est amélioré puisqu'il reprend désormais 845 salariés. C'est le mieux disant en ce domaine. Il justifierait par ailleurs d'un plan de financement solide. Le rapport souligne également les efforts consentis par Corsica Maritima, le consortium d'entreprises insulaires. L'offre, au départ, basée sur le fret, s’est muée en proposition globale. Bémol tout de même, reste à ses promoteurs, peut on lire, à justifier de leur financement, ce qui n'est pas encore fait pour l'instant.

La surprise concerne la proposition Baja Ferries couplé au groupe STEF, maison mère de la Méridionale. Si cette solution offre l'avantage de venir de deux professionnels des transports, elle est écartée par les administrateurs car elle  se heurte à des difficultés juridiques que soulèvent, au plan social, la découpe de la compagnie en trois entités (une pour la Corse, une pour le Maghreb et la troisième pour l'atelier technique).

Enfin écartée, mais c'était attendu, l'offre de Ferry de France de Christian Garin... Totalement obscure quant aux partenariats industriels et financiers auxquels elle serait adossée.

Au tribunal à présent de se prononcer, ou pas.