Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Snowboard, vélo et même dentier, les hommes en jaune trouvent de tout sur l'A9

vendredi 20 juillet 2018 à 15:45 Par Salah Hamdaoui, France Bleu Hérault

À la veille d'un nouveau weekend de départ en vacances, rencontre avec Benoit Ramel, 41 ans dont 20 à être patrouilleur sur l'A9.

Benoit Ramel, 41 ans, patrouilleur sur l'A9 depuis 20 ans
Benoit Ramel, 41 ans, patrouilleur sur l'A9 depuis 20 ans © Radio France - Salah Hamdaoui

Hérault, France

"Les hommes en jaune sont visibles, mais pas invincibles", "En jaune, c'est mon père et je l'aime". Vous croiserez certainement ces messages sur la route des vacances. Ils sont diffusés sur les panneaux lumineux par Vinci autoroutes pour protéger les patrouilleurs qui interviennent jour et nuit, toute l'année, notamment sur l'A9. 

Jusqu'à 200.000 véhicules par jour

Chez Vinci Autoroutes, Fabien Pardes est l'adjoint du chef du district de Sète (Hérault) qui couvre 85 km entre Agde et Baillargues et il fait le bilan : "Aujourd'hui on déplore 32 heurts de fourgon. En 2017, on a fini l'année avec 83 fourgons heurtés sur notre réseau. C'est inadmissible !" Il aimerait que les conducteurs se mettent dans la tête une fois pour toute que quand ils voient un cône de chantier, ils doivent lever le pied. "Surtout à cette période. Sur les mois de juillet et août, c'est 85.000 véhicules en moyenne chaque jour juste sur notre secteur, en sachant qu'on peut atteindre des pointes qui avoisinent les 200.000 véhicules, notamment les jours de chassé-croisé."

Respectez les hommes en jaune!

Rien que pour le district de Sète, il y a 40 patrouilleurs dont Benoit Ramel, 41 ans, qui exerce depuis 20 ans maintenant. La peau brunie par le soleil, il part seul faire sa tournée d'inspection. Au volant de son fourgon, jaune lui aussi, il roule au ralenti et s'arrête dans toutes les aires de service et de repos qui sont sur son chemin. "Je regarde s'il y a rien de choquant, si l'aire est propre, si un usager n'a pas besoin d'un coup de main..."

"C'est arrivé de se faire des petites frayeurs."

Quand il patrouille, Benoit parcourt en moyenne 200 km et malgré son expérience, il n'est pas toujours rassuré. "Oui, c'est arrivé de se faire quelques petites frayeurs en allant chercher des objets sur la chaussée. Quand ils nous voient, les gens ne ralentissent pas donc c'est là où ça fait peur." La vitesse est toujours un problème selon lui mais le fléau, c'est le téléphone portable au volant.

Du sel pour l'hiver, des panneaux de signalisation et une chambre froide pour les animaux morts

Sur l'A9, il trouve vraiment de tout : "L'été, c'est les vélos. L'hiver, c'est les skis et les snowboards. Une fois, on a même dû récupérer le dentier du papy qui était tombé dans un container semi-enterré. Il a fallu aller chercher la grue !" Sans compter les pneus éclatés, les morceaux de pare-chocs, les pots d'échappement décrochés... 

Tout ce qui va à la poubelle est jeté dans de grandes bennes au centre technique. On y stocke aussi une multitude de panneaux de signalisation et le sel pour l'hiver. Et puis dans un coin, on aperçoit ce grand frigo : "Tous les animaux morts qu'on trouve sur l'autoroute, on les met dans la chambre froide et chaque deux mois, c'est l'équarrissage qui vient les prendre."

Tout ce qui peut être jeté est mis dans les grandes bennes du centre technique - Radio France
Tout ce qui peut être jeté est mis dans les grandes bennes du centre technique © Radio France - Salah Hamdaoui
Une multitude de panneaux stockés au centre technique de Sète - Radio France
Une multitude de panneaux stockés au centre technique de Sète © Radio France - Salah Hamdaoui