Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Spacetrain : des trajets Saint-Étienne/ Lyon en 15 minutes à partir de 2025 ?

La start-up Spacetrain espère la mise sur le marché en 2025 de ses navettes à grande vitesse. La société parisienne travaille sur trois projets, dont la liaison Saint-Étienne/ Lyon.

Le Spacetrain est un projet de navette monorail à grande vitesse.
Le Spacetrain est un projet de navette monorail à grande vitesse. - ©Spacetrain

Saint-Étienne, France

Faire le trajet Saint-Étienne/ Lyon en 15 minutes seulement, à une vitesse moyenne de 500 km/h ? Ce ne sera peut-être plus du domaine du rêve d'ici six ans grâce au Spacetrain. 

Ce projet de navettes à grande vitesse sur monorail, qui circulent sur des coussins d'air (la technologie est inspirée des études menées dans les années 1970 sur l'aérotrain), suscite de plus en plus d'intérêt. La société qui développe ces navettes a présenté un prototype au Salon aéronautique du Bourget, au mois de juin.  Le député de la Loire Jean-Michel Mis avait pu découvrir le prototype.

Liaison directe

La société Spacetrain s'intéresse en particulier à trois liaisons en France, dont celle entre Saint-Étienne et Lyon, explique Thomas Bernin, le directeur stratégie et développement chez Spacetrain : "notre navette étant bien moins onéreuse en terme de développement et d'exploitation que ce qui se fait aujourd'hui en terme de ferroviaire, elle va pouvoir trouver un seuil de rentabilité très vite et donc elle sera intéressante sur des trajets pendulaires; et en l'occurrence il y a beaucoup de gens qui font la navette entre Lyon et Saint-Étienne et Saint-Étienne et Lyon tous les jours". 

Par rapport à la liaison TER entre les deux villes (la deuxième de France en nombre de voyageurs), le Spacetrain serait complémentaire selon ses créateurs, car direct. Pas de système d'omnibus donc, avec les arrêts dans la vallée du Gier, comme pour la liaison TER. Chaque navette a une capacité de 250 passagers. "Le monorail est une double voie, du coup on peut mettre plusieurs navettes dans le sens aller et le sens retour, du moment qu'elles soient espacées de cinq minutes", ajoute Thomas Bernin. Il poursuit : "donc potentiellement on peut envoyer 250 personnes toutes les cinq minutes"

Les collectivités d'Auvergne-Rhône-Alpes intéressées

Pas d'estimation pour l'instant sur le coût du voyage. Mais Spacetrain a fait le calcul sur une autre liaison, celle entre Paris et Orléans. Les tarifs seraient proches de ceux affichés pour les trajets en train TER, soit une vingtaine d'euros.

La société parisienne espère mener des tests sur rail d'ici la fin de l'année. Et voir ses navettes sur le marché en 2025. La Région Auvergne-Rhône-Alpes et la Métropole de Lyon se seraient montrés intéressées. Rien ne pourra se faire toutefois avant que Spacetrain n'obtienne les certifications qui autoriseront le transport de voyageurs dans ses navettes ultrarapides.