Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Stationnement à Paris : des bugs dans le nouveau système

jeudi 25 janvier 2018 à 5:23 Par Émilie Defay, France Bleu Paris

La réforme du stationnement s'accompagne de quelques couacs à Paris. Des automobilistes reçoivent par erreur des forfaits post-stationnement, les nouveaux PV.

Depuis le 1er janvier, le forfait post-stationnement a remplacé le PV sur les pare-brises. Mais certains sont distribués par erreur
Depuis le 1er janvier, le forfait post-stationnement a remplacé le PV sur les pare-brises. Mais certains sont distribués par erreur © Radio France - Emilie Defay

Paris, Île-de-France, France

La procédure, presque entièrement informatisée, était vantée comme plus efficace. C'était sans compter les bugs. Depuis le 1er janvier, le contrôle du stationnement payant à Paris a été confié à deux sociétés privés, Streeteo et Moovia, et les couacs se multiplient. Des automobilistes se voient ainsi verbalisés alors qu'ils sont en règle.

Le 8 janvier dernier, Joseph a la surprise de découvrir un petit papier blanc sur son pare-brise. C'est un forfait post-stationnement (FPS), le système qui remplace les PV. Il est édité à 14h32 alors même qu'il a payé son stationnement à partir de 14h29, pour deux heures. 

  - Aucun(e)
  - Aucun(e)

"J'ai payé, comme d'habitude via l'application PayByPhone sur mon smartphone, explique ce quinquagénaire. Et en récupérant ma voiture, j'ai découvert que j'avais été verbalisé. J'ai tout de suite payé, ce n'est qu'après que je me suis rendu compte qu'il y avait une erreur". Il a depuis déposé un recours, pour l'instant resté sans réponse.

Un automobiliste handicapé verbalisé 

Autre couac rencontré cette fois par Stéphane Jah. Il est titulaire d'une carte pour stationnement pour personne handicapée, la CMI (Carte Mobilité Inclusive), qui donne  le droit de se garer gratuitement à Paris. Elle est posée bien en évidence derrière son pare-brise, ce qui ne l'a pas empêché de recevoir un FPS.

"J'étais près de ma voiture quand j'ai vu les agents verbalisateurs contrôler. Je leur ai dit que j'avais une carte de stationnement handicapé  et qu'ils ne pouvaient pas me verbaliser. Ils m'ont répondu qu'ils ne connaissaient pas cette carte, ils ne connaissent que l'ancienne", s'insurge cet habitant de Trappes, dans les Yvelines. La CMI, qui remplace progressivement l'ancienne carte GIC-GIG, est pourtant distribué depuis le 1er janvier 2017.

Des élus demandent un audit 

Ces dysfonctionnements, Philippe Goujon, le maire LR du 15ème arrondissement de Paris, les a lui aussi constatés. "Des habitants viennent se plaindre en mairie régulièrement. Il y a de nombreux problèmes qui viennent du manque de contrôle exercé par la mairie de Paris sur les sociétés privées". L'élu réclame un audit de ces deux sociétés et déposera un vœu en ce sens au prochain Conseil de Paris. 

La Mairie de Paris de son côté reconnaît des bugs mais ils sont minoritaires selon Christophe Najdovski. Dans un tweet, l'adjoint en charge des Transports assure que "98% des transactions se font sans problème".

La Ville de Paris précise que toutes les réclamations seront traitées, sans donner de délai. Le service est visiblement un peu débordé.