Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Stationnement à Paris : des milliers de contrôles fictifs

mercredi 7 mars 2018 à 12:36 Par Émilie Defay, France Bleu Paris et France Bleu

Streeteo, l'une des deux entreprises privées chargées de contrôler le stationnement à Paris depuis le 1er janvier, a réalisé de fausses inspections pour gonfler les chiffres. La Ville de Paris a rappelé la société à l'ordre et affirme avoir mis fin à ce problème.

Un agent verbalisateur contrôle une voiture via sa vignette Crit'Air
Un agent verbalisateur contrôle une voiture via sa vignette Crit'Air © Radio France - Emilie Defay

Paris, Île-de-France, France

Ils contrôlaient les voitures depuis un bureau. C'est la méthode peu orthodoxe utilisée par certains agents de l'entreprise Streeteo pour atteindre les objectifs fixés par la Ville de Paris. L'arnaque, révélée par le Canard Enchaîné mercredi, est illustrée dans une vidéo sur Internet. Elle a été tournée par des employés de l'entreprise qui voulaient dénoncer ces méthodes. 

Au lieu de sillonner les rues de la capitale, les agents, assis autour d'une table, enregistrent dans leur PDA (l'appareil qui leur permet de faire les contrôles) des numéros de plaques d'immatriculation. Ces numéros figurent sur des listes fournies par les véhicules LAPI, qui lisent automatiquement les plaques d'immatriculation, en théorie pour orienter les agents vers les zones à contrôler.

Une opération qui permet de gonfler les chiffres. Le contrat avec la Ville de Paris prévoir en effet un nombre minimal de contrôles à effectuer chaque jour. 

Aucun automobiliste verbalisé à tort

Ces faux contrôles n'ont toutefois donné lieu à aucun forfait post-stationnement. Car les agents, pour éviter les contestations, invoquaient des motifs de non-verbalisation comme par exemple la présence d'une carte PMR (personne à mobilité réduite). Et c'est justement ce qui a alerté la Ville de Paris : le taux anormalement élevé de véhicules exemptés du paiement du stationnement.

La ville de Paris indique avoir convoqué immédiatement Streeteo pour lui demander des explications. Dans un communiqué, la société indique avoir diligenté une enquête interne. "Si des manquements ont pu être constatés, ils ne sont le fait que comportements individuels, que Streeteo condamne fermement".  Un responsable de l'entreprise a été sanctionné, selon la Ville de Paris. 

La Ville de Paris indique également qu'elle appliquera des pénalités financières pour chaque contrôle fictif. Elles devraient être de l'ordre de 60 000 euros.