Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Stationnement : Paris réfléchit à limiter la durée autorisée pour les deux-roues

mercredi 10 octobre 2018 à 17:46 Par Émilie Defay, France Bleu Paris et France Bleu

La Ville de Paris travaille sur un système de zone bleue visant à limiter la durée du stationnement pour les deux-roues motorisés.

© Radio France - Emilie Defay

Paris, Île-de-France, France

Faire la chasse aux scooters ou motos "ventouses". C'est l'objectif affiché par la mairie de Paris qui réfléchit à la mise en place d'une limitation de la durée du stationnement pour les deux-roues motorisés. "Notre ambition, c'est de rendre un meilleur service aux usagers en permettant une plus grande rotation sur les places autorisées", explique Christophe Najdovski, l'adjoint à la maire de Paris en charge des Transports.

"Quand un stationnement est gratuit et illimité dans le temps, on observe, et c'est le cas à Paris, beaucoup de véhicules ventouses qui stationnent pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois, rendant ces places indisponibles au quotidien", poursuit l'élu. 

Des PV en pagaille pour stationnement gênant

L'argument ne convainc pas vraiment Alex. "En général, les gens ne restent pas longtemps sur les places. En ce qui me concerne, ce n'est jamais plus d'une heure donc je ne vois pas l'intérêt", assène ce quadragénaire qui passe ses journées à scooter dans Paris. "C'est surtout un moyen de prendre encore de l'argent sur notre dos. Déjà qu'aujourd'hui, on a beaucoup de contraventions qui tombent très facilement"

Depuis janvier, les PV pour stationnement gênant sur le trottoir ont bondi. Les équipes de la mairie de Paris sont désormais habilitées à verbaliser le stationnement gênant et la tolérance n'est plus de mise. Près de 10 000 contraventions sont dressées chaque mois. Désormais la Ville souhaite aller encore plus loin en s'attaquant au stationnement légal et en limitant sa durée.

Pas de stationnement payant pour l'instant

Beaucoup y voient un premier pas vers le stationnement payant. Non, assure, avec regret, Christophe Najdovski. "Vous prêchez un convaincu mais la maire de Paris s'est engagée à ne pas le mettre en place d'ici la fin du mandat". La question risque toutefois de se poser lors de la campagne des prochaines municipales.

A Vincennes, où le stationnement payant pour les deux-roues motorisés a été instauré au mois d'avril, la question ne fait plus débat. Les résultats sont là assure la maire (UDI) Charlotte Libert-Albanel. "Ce que l'on a vu assez rapidement, c'est que des emplacements motos qui étaient pleins à craquer sont subitement devenus vides et donc qu'il est devenu beaucoup plus facile de se garer sur les places autorisées". Autre conséquence, le stationnement illégal sur le trottoir a également beaucoup diminué constate la maire.