Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Stationnement payant en août : six ans déjà à Bordeaux

dimanche 9 août 2015 à 6:15 France Bleu Gironde

Se garer dans les rue de Paris gratuitement au mois d’août, c’est désormais fini. C'était l'un des volets de la réforme du stationnement dans la capitale. Une mesure que Bordeaux avait mise en place dès 2009 afin de désengorger le centre-ville. Mais six ans après, la pilule a toujours du mal à passer.

A Bordeaux au mois d'août, le stationnement est payant depuis 2009
A Bordeaux au mois d'août, le stationnement est payant depuis 2009 © Radio France

Sébastien est pressé. Il a rendez-vous dans Bordeaux et il s’est garé sur les quais de la rive droite. Mais avant de prendre le tramway, il faut passer par la case horodateur. Et ça, en plein mois d’août, il ne s’y fait toujours pas. "Quand vous donnez un jouet à un enfant et que vous lui enlevez, ça prend un moment pour qu’il oublie", ironise-t-il.

Même son de cloche du côté des touristes. Didier est originaire d’Alsace, il est venu visiter Bordeaux avec sa famille. Pour lui "les vacances en France sont trop chères", et faire payer le stationnement tout l’été ne serait donc pas un bon calcul.

Pas de retour à la gratuité

La mairie ne prévoit pas de faire machine arrière, toutefois. Jean-Louis David, l’adjoint chargé de la vie urbaine, rappelle pourquoi cette mesure avait été mise en place à l’époque :

"La ville s’est retrouvée engorgée au mois d’août parce que c’était gratuit". — Jean-Louis David, adjoint chargé de la vie urbaine.

"La ville s’est retrouvée engorgée au mois d’août parce que c’était gratuit"

Autre raison qui avait incité à annuler cette gratuité : inciter à l’utilisation des transports en commun. Mais c’est là que le bât blesse. Si d’un côté, les touristes et les bordelais sont invités à laisser leur voiture aux abords de la ville, les parking-relais, eux, sont victimes de leur succès et souvent saturés. "Incontestablement, il faudra en doubler la capacité. C’est un challenge pour les années à venir", admet Jean-Louis David.