Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Strasbourg : comment la compagnie de transport public sous-traite certaines liaisons en bus

jeudi 4 mai 2017 à 15:55 Par Céline Rousseau et Olivier Vogel, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Dans un souci d'économies, la compagnie des transports strasbourgeois (CTS) sous-traite des lignes de bus peu rentables. Le mouvement va encore s'accentuer, ce qui n'est pas du goût des syndicats.

La CTS fait circuler plus de 200 véhicules.
La CTS fait circuler plus de 200 véhicules. - Compagnie des transports strasbourgeois

Strasbourg, France

La compagnie des transports strasbourgeois (CTS) veut augmenter le nombre de lignes sous-traitées. Il s'agit des lignes de bus les moins rentables. D'ici un an, selon les syndicats, une centaine de postes de conducteurs devraient ainsi disparaître. Il n'y aura pas de licenciements, ces conducteurs seront réaffectés sur d'autres lignes, notamment sur les extensions de réseau.

Cette situation est dû notamment à une décision de l'Eurométropole. La collectivité a réduit de 6 millions d'euros le montant de sa subvention à la CTS et lui a demandé de faire des économies. "Aujourd'hui, la compagnie des transports strasbourgeois exploite la quasi totalité du réseau, y compris en soirée ou sur des liaisons péri-urbaines peu fréquentées, mais tout cela coûte cher, ça ne peut pas rester comme ça", explique Jean-Philippe Lally, directeur général de la CTS.

Il n'y a pas d'utilité à faire sortir un conducteur de la CTS pour faire quelques heures de travail avec un grand bus qui peut transporter 100 personnes pour des trajets fréquentés par un ou deux clients sur des liaisons sur lesquelles on peut mettre un transporteur avec petit véhicule ou même sous-traiter avec un artisan taxi" - Jean-Philippe Lally, directeur général de la CTS

L'intersyndicale dénonce ce principe de la sous-traitance et craint une répercussion sur la qualité de service. "On nous a demandé d'être performant dans la qualité de service mais aujourd'hui avec la sous-traitance, on a peur que les usagers n'est plus leur bus en temps et en heure", s'inquiète Angelo Minafra, le secrétaire général de la CGT à la CTS. Selon lui entre 150 et 160 emplois sont amenés à disparaître dans l'entreprise. L'intersyndicale n'exclut pas de déposer un préavis de grève pour tenter d'enrayer l'externalisation.