Transports

Strasbourg : trop d'incivilités, fin des amendes minorées pour les cyclistes

Par Céline Rousseau et Corinne Fugler, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu vendredi 21 avril 2017 à 17:14 Mis à jour le vendredi 21 avril 2017 à 20:53

Contrôles de police des cyclistes à Strasbourg
Contrôles de police des cyclistes à Strasbourg © Maxppp -

Le procureur de la République, Michel Senthille, et le maire de Strasbourg, Roland Ries, annoncent ce vendredi après-midi la fin des amendes minorées pour les cyclistes.

Le maire socialiste de Strasbourg, Roland Ries, aime rappeler que la capitale alsacienne est aussi celle du vélo. Avec le procureur de la république, Michel Senthille, il revient pourtant ce vendredi sur une mesure phare: le PV minoré pour les cyclistes. A Strasbourg, où ce nouveau dispositif est en place depuis le 1er janvier 2013, les amendes pour les infractions commises à vélo sont, pour quelques jours encore, nettement moins chères que dans le reste de la France : elles se chiffrent par exemple, pour un sens interdit emprunté ou un stop non respecté, à 45 euros au lieu de 90 euros ailleurs dans l'hexagone. En revanche, le nombre de PV a triplé, avec 2.688 PV recensés en tout en quatre ans, de 2013 à 2016.

La cohabitation entre cyclistes et piétons n'est pas toujours pacifique au centre de Strasbourg - Radio France
La cohabitation entre cyclistes et piétons n'est pas toujours pacifique au centre de Strasbourg © Radio France - Corinne Fugler

Davantage d'accidents

C'est la progression du nombre d'accidents impliquant des deux roues et les trois décès de cyclistes constatés l'an dernier qui ont incité le procureur de la République à mettre fin à cette expérimentation unique en France. En 2016, 102 cyclistes ont été blessés dans l'Eurométropole, contre 66 en 2015. Du coup, dès le 1er mai 2017, les cyclistes en infraction paieront autant que les automobilistes.

Les résultats ne sont pas à la hauteur" - Michel Senthille, procureur de la République de Strasbourg

L'expérience lancée en 2013 était censée encourager les Strasbourgeois à utiliser leur vélo et à sensibiliser les usagers de deux roues non-motorisés à respecter le code de la route. Ce dernier objectif n'a pas été atteint. "Les résultats ne sont pas à la hauteur!", les incivilités des cyclistes hérissent le procureur de la république, Michel Senthille. Feux rouges brûlés, deux roues sur les trottoirs, téléphone au guidon, écouteurs sur les oreilles, passants bousculés en zone piétonne, le partage de la rue n'est pas toujours très bien compris des cyclistes. Ils seront donc soumis à nouveau aux tarifs appliqués aux autres usagers de la route en cas d'infraction.