Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Les transports : un enjeu électoral 2017

Subvention pour les vélos électriques: l'Alsace divisée

samedi 4 mars 2017 à 5:12 Par Maxime Nauche, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Depuis le 19 février, l’Etat offre 200 euros à tous ceux qui souhaitent acheter un vélo électrique. Colmar a déjà mis en place un coup de pouce financier depuis 2011. Ce n'est pas le cas de Mulhouse, ni de Strasbourg. La capitale du vélo mise sur une autre stratégie.

 Un cycliste sur un vélo électrique (photo d'illustration).
Un cycliste sur un vélo électrique (photo d'illustration). © Maxppp - .

Strasbourg, France

Si vous souhaitez acheter un vélo électrique, vous pouvez recevoir une aide de 200 euros de l'Etat depuis le 19 février. En 2011, Colmar a déjà introduit ce genre de subvention. En revanche, ni Mulhouse ni Strasbourg n'ont franchi le pas. La capitale alsacienne, qui revendique aussi le titre de capitale française du vélo, a choisi une autre orientation.

Les subventions ne poussent pas à acheter.

Strasbourg veut surtout faire découvrir le vélo électrique. Par exemple, la ville loue actuellement 50 vélos électriques à des entreprises pour que les salariés puissent les essayer sur leurs trajets quotidiens. Pour Jean-Baptiste Gernet, délégué au vélo à l'Eurométropole, "une prime sert souvent à acheter un vélo un peu plus cher mais ce n’est pas ça qui déclenche l’achat. On est convaincu que c’est par le test qu’on favorisera l’achat de vélos électriques." En 2018 le parc de vélos électriques à destination des entreprises devrait être élargi à environ 200 vélos.

Les particuliers aussi peuvent essayer les vélos électriques à Strasbourg. Ils doivent se rendre dans une boutique Velhop à la gare où dans le centre-ville. La location va d'un jour (douze euros) à un mois (102 euros). Mulhouse compte aller plus loin. Dans les prochains mois, l'agglomération va mettre 500 vélos électriques à dispositions de ses habitants. Le prix de location avoisinera les 30 euros par mois.

Casser les préjugés avant de subventionner.

Jean-Luc Kaeuffer est marchand de vélo à Strasbourg. Il estime que la sensibilisation est plus importante que les subventions: "Ce n'est pas réservé aux fainéants, c’est pour les gens qui veulent se déplacer rapidement sans être en sueur, sans être fatigué. Vous pouvez faire 15 ou 20 km pour aller bosser sans être dans les embouteillages. C’est du bonheur !"

Jean-Luc Kaeuffer est marchand de vélo. Il est contre les subventions.

Subventionner: moins cher pour la collectivité.

Ce bonheur a un certain prix: entre 1500 et 2000 euros en moyenne. C'est donc pour aider les Colmariens que la ville a mis en place une subvention de 200 euros depuis 2011. Comme le rappel René Frieh, adjoint au développement durable, "avec cette aide, les gens ont le choix du vélo qu'ils achètent contrairement à la location", avant de concéder que, "pour la collectivité, cela revient moins cher de subventionner l'achat de vélo à hauteur de 200 euros que d'acheter directement des vélos électriques pour les louer ensuite." La mesure a l'air de fonctionner puisque les ventes de vélos électriques à Colmar ont quadruplé en cinq ans.

L'investissement reste malgré tout couteux. Elisabeth fait, par exemple, tous ses déplacements à vélo. Elle ne serait pas contre un petit moteur électrique dans son pédalier mais pour cette Strasbourgeoise, une aide de 200 euros ne suffit pas: "C’est sympa mais quand, en plus du prix, on a une météo comme en Alsace, ça reste un moyen de déplacement difficile donc pour amadouer les gens, il faudra un effort supplémentaire." Surtout que la nouvelle aide de l'Etat n'est pas cumulable avec certaines subventions qui existent déjà, comme à Colmar.

. - Aucun(e)
.

Durant toute la durée des campagnes pour l’élection présidentielle et les législatives, France Bleu a choisi de ne pas relayer de sondage sur son site internet. Fidèle à son image de proximité, France Bleu donne la parole au plus grand nombre au travers des reportages réalisés sur le terrain par les rédactions des 44 locales du réseau France Bleu.