Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Sur l'A62 au nord de Toulouse, la baisse de vitesse a bien un effet sur la pollution

-
Par , France Bleu Occitanie

Depuis le 1er janvier 2018, la limitation de vitesse a été abaissée de 130 km/h à 110 km/h, pour réguler le trafic aux heures de pointe, et faire baisser la pollution. Selon un rapport de l'ATMO Occitanie, le gain sur la qualité de l'air est significatif.

Une autoroute limitée à 110 km/h (illustration)
Une autoroute limitée à 110 km/h (illustration) © Maxppp - PHOTOPQR/NICE MATIN

Saint-Jory, France

La mesure est expérimentale, depuis un an et demi.  La section de l'autoroute A62 entre la barrière de péage de Toulouse-Nord et Saint-Jory est limitée à 110 km/h, au lieu de 130. Et l'expérience semble porter ses fruits, selon l'observatoire régional de l'air (ATMO Occitanie), qui a mené l'enquête pendant toute l'année 2018.

Les conséquences sont bien visibles, explique Dominique Tilak, la directrice générale d'ATMO Occitanie : "nous observons une réduction des concentrations et des personnes exposées. Les résultats sont plutôt positifs, et nous avons une certaine satisfaction".

"Les résultats sont positifs" - la directrice générale d'ATMO Occitanie

Principale amélioration : le dioxyde d’azote, le principal polluant. C’est lui qui baisse le plus, avec une diminution de 6 microgrammes par mètre cube en moyenne, et même 10 microgrammes par endroits. Une diminution de 22% des émissions.

Une baisse significative, alors que le trafic reste le même

La baisse est notable partout, dans tous les sites sensibles à proximité de l’autoroute, comme par exemple à la maison d’assistantes maternelles de Saint-Alban qui est à seulement 40 mètres de la chaussée. Idem pour l’école maternelle d’Aucamville, qui elle est à 200 mètres.

Pour ATMO, cette baisse du dioxyde d’azote est un impact positif "non négligeable", surtout que le trafic autoroutier lui n’a pas vraiment changé : il reste aux alentours de 70.000 véhicules par jour, dans les deux sens.

Selon ce rapport, le bénéfice sur la pollution est particulièrement visible lors du pic de circulation du soir, sur cet axe Toulouse-Montauban. Enfin, il y a un autre impact, non-négligeable : cette baisse de la vitesse entraîne une chute de la consommation de carburant : - 9%.