Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Système de sécurité ERTMS sur la ligne Metz-Luxembourg : "la SNCF n'est pas du tout prête", dénonce la CGT

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Les frontaliers subissent encore et toujours des retards, des suppressions de trains, ou des rames bondées, pour aller au Luxembourg. Dans un mois et demi, une partie des rames de la SNCF ne pourra plus circuler au Grand Duché, elles ne seront pas équipées de l'ERTMS, le nouveau système de sécurité.

Les rames des TER Nancy-Metz-Luxembourg sont bondées, qu'elles soient en composition simple ou double
Les rames des TER Nancy-Metz-Luxembourg sont bondées, qu'elles soient en composition simple ou double © Maxppp - Julio PELAEZ

Moselle, France

C'est la pagaille, encore plus que d'habitude, sur la ligne Metz Luxembourg : des rames en composition simple au lieu de double, des trains bondés, et des voyageurs excédés. Et ça ne va pas aller en s'arrangeant : les rames de TER de la SNCF doivent être équipées du système européen de sécurité ERTMS avant le 1er janvier 2020 - en réalité c'est même avant le 15 décembre.

Sans quoi elles n'auront plus le droit de circuler au Luxembourg : Après l'accident mortel de Dudelange le 14 février 2017, le Grand Duché a décidé d'accélérer la mise en place de ce système sur ses trains et a demandé à la France de faire de même. Or, la SNCF ne serait pas du tout prête.

Sept rames sur 25 équipées du système, une seule fiable

Jean Riconneau, élu CGT Cheminots à Metz, précise : "sur les 25 rames qui doivent être équipées du système, sept le sont à l'heure où l'on se parle, mais seules six sont en service commercial, et une seule commence à être fiable". C'est plus que du retard, donc, d'autant qu'il y a "aussi le problème de la formation des agents de maintenance dans les technicentres. Pour l'heure, seuls trois agents du centre de Metz seront en capacité de dépanner ces rames".

La CGT "prévient les usagers que leurs conditions de voyage vont encore se dégrader".

La CGT table sur une dizaine de rames équipées "maximum" au 15 décembre, "dont six à huit rames en circulation". Jean Riconneau identifie "deux problèmes majeurs : le manque de capacité qui va être encore accru, avec un phénomène de rupture de charge". En effet, "un train sur deux sera en correspondance à Thionville aux heures de pointe, et des retards de train qui ne sont pas à exclure en provenance de Nancy ou de Metz, avec des correspondances non assurées à Thionville pour ne pas perturber tout le plan de transport." La CGT "prévient donc les usagers que leurs conditions de voyage vont encore se dégrader".

Jean Riconneau, élu CGT Cheminots à Metz

Une responsabilité qui revient à la direction, selon Jean Riconneau. "La Région, qui finance l'équipement de ces rames, avait prévu ça depuis trois ans dans le contrat de plan état-région." Le Luxembourg, de son côté, ne reviendra pas en arrière, "mais on s'étonne, nous, que la direction ne monte pas plus au créneau, puisqu'une dérogation a été accordée pour l'activité fret.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu