Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Taxis/VTC : l'Etat s'engage à racheter les licences des taxis volontaires

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Pour sortir de la crise qui oppose les taxis aux VTC (Véhicule de Transport avec Chauffeur), le secrétaire d'Etat aux Transports a proposé ce lundi la création d'un fond de garantie qui permettrait de racheter les licences des taxis qui le souhaitent.

Taxis
Taxis © Maxppp - Maxppp

Le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies, a décidé de s'engager à créer un  fond de garantie pour racheter les licences des taxis qui le souhaitent. Cette mesure a été présentée ce lundi. Elle fait partie d'une série de mesures destinées à sortir de la crise qui oppose depuis des mois les taxis et les VTC (Véhicule de Transport avec Chauffeur). Ce fond de garantie sera financé par l'ensemble du secteur. C'était une proposition du médiateur, Laurent Petitguillaume, nommé il y a quelques mois après les grandes manifestations de taxis et de VTC.

Le rachat des licences par l'Etat était une demande des taxis. Ce fond de garantie est destiné à "sécuriser le parcours professionnel des chauffeurs de taxis". Il permettra de "fluidifier le marché " précise la feuille de route du secrétaire d'Etat. Les taxis qui vendront leur licence se retireront du marché. L'Etat pourra revendre ces licences mais ceux qui les achèteront ne pourront pas les céder à leur tour.

Pour vendre sa licence, il y a certaines conditions. Les chauffeurs qui partent à la retraite, ceux qui sont en difficulté à cause d'un surendettement ou qui ont été victimes d'un accident de la vie pourraient être prioritaires. Les modalités sont encore à préciser. On ne connait pas non plus le prix de rachat. Ce prix serait basé sur le prix d'achat corrigé en fonction de l'inflation.

Cette mesure devrait coûter plusieurs milliards d'euros. La note ne sera pas réglée par le contribuable, assure le ministère des Transports. Ce sont les taxis et les VTC qui devront mettre la main à la poche avec, par exemple, le prélèvement d'une taxe supplémentaire sur chaque course.

Alain Vidalies a rencontré les représentants des chauffeurs de taxi ce lundi après-midi. Il a annoncé la mise en œuvre de mesures immédiates d'ici la fin de l'année 2016 et la création de quatre groupes de travail. Ces groupes vont se pencher sur le fond de garantie mais aussi le contrôle du secteur , la formation, la régulation et la gouvernance du secteur.

Si le représentant FO-taxis, Nordine Dahmane, est globalement satisfait de cette feuille de route, il estime qu'il faut maintenant "tenir le calendrier et y voir plus clair en juin 2016".

  • Taxis
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu