Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

TÉMOIGNAGES - Les Héraultais et leur rapport à la voiture

-
Par , France Bleu Hérault

Selon une étude Transdev-Ipsos sur les modes de déplacement en région, plus de la moitié des Français ne peut pas se passer de sa voiture pour aller au travail. Un budget lourd de plusieurs centaines d'euros, qui pousse certains à changer leurs habitudes.

Laetitia et son mari consacrent un quart de leurs revenus au budget voiture
Laetitia et son mari consacrent un quart de leurs revenus au budget voiture © Radio France - Perez de Tudela

Montpellier, France

Les Français sont accros à la voiture pour aller bosser. Les deux tiers d'entre eux disent ne pas pouvoir se rendre au travail sans elle, selon un enquête Transdev-Ipsos sur les mobilités en région réalisée dans le courant de l'été.

En moyenne, les actifs dépensent plus de 200 euros pour leurs déplacements domicile-travail. Et c'est parfois plus. Notamment pour Laetitia.

Reportage avec Laetitia sur ses trajets en voiture

Auto-dépendance

Cette jeune femme de 35 ans habite Clermont-l'Hérault et travaille à l'Urssaf de Montpellier. Son véhicule lui est donc indispensable.

Le bus ou le train ? Cette maman de 35 ans y a bien pensé, mais avec ses deux petits garçons à la maison, elle prendrait trop de risques : "J'ai besoin de ma voiture pour rentrer rapidement en cas d'urgence. Et puis, si je ne la prenais pas et que je loupais le bus le soir, je resterais coincée à Montpellier", ajoute-t-elle.

Ces allers-retours entre son domicile et son lieu de travail lui coûtent cher. Ils s'ajoutent aux déplacements détente du week-end.

"Je fais un plein par semaine de 80 euros, donc ça va très vite."

D'autant que son mari a aussi un véhicule. Leur budget voiture s'élève à 700 euros, soit un quart de leurs revenus.

Le télétravail, une alternative

Ces dépenses allaient encore grimper pour Laetitia car l'Urssaf va déménager à l'autre bout de Montpellier. La jeune maman a donc demandé sa mutation à Béziers.

Là où Laetitia réalise de vraies économies, c'est lorsqu'elle travaille de chez elle : "Depuis deux ans, explique-t-elle, je peux travailler deux jours par semaine à la maison, grâce au télétravail."

Star des alternatives, le vélo

Selon l'enquête Ipsos-Transdev, les deux roues sans moteur, comme les vélos ou les trottinettes, ont la côte : 12% des Français les utilisent régulièrement.

C'est le cas de Grégoire, 49 ans. Ce commercial qui habite Vergèse, dans le Gard, travaille à Montpellier. Mais il y a six ans, il a décidé de ne plus faire tout le trajet avec sa voiture : "Je laisse ma voiture sur le parking de la gare, j'embarque mon vélo avec lequel je monte dans le train jusqu'à Montpellier et je pédale jusqu'à mon lieu de travail", explique-t-il.

Reportage avec Grégoire sur ses déplacements à vélo

Coup de pouce des entreprises

S'il trouve du plaisir à vélo, il réalise aussi de bonnes économies. "240 euros environ. Avec ça, je peux payer des restos plus souvent à ma femme", souligne-t-il.

Son employeur, Dell, a aussi une politique offensive pour inciter ses salariés à prendre les transports en commun.

"L'entreprise finance 75% de l'abonnement aux transports publics. Elle a même aménagé des parkings à vélos sécurisés."

S'il s'est converti aux déplacements verts, Grégoire envisage, par ailleurs, d'acheter une voiture électrique d'occasion.

Pour se rendre au travail, Grégoire prend sa voiture, le train puis son vélo.  - Radio France
Pour se rendre au travail, Grégoire prend sa voiture, le train puis son vélo. © Radio France - Quentin Perez de Tudela
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu