Transports

Trains régionaux en PACA : la CGT cheminots dénonce un coup de pression d'Estrosi

Par Aurélie Lagain et Philippe Chauché, France Bleu Vaucluse jeudi 6 octobre 2016 à 10:54

TER PACA
TER PACA © Radio France - Aurélie Lagain

La CGT cheminots dénonce les annonces faites mercredi par Christian Estrosi : après avoir rompu les discussions avec la SNCF sur les TER de Provence-Alpes-Côte d'Azur, le président de la région envisage le recours à des prestataires privés.

Christian Estrosi rompt les relations avec la SNCF. Le président de la région PACA estime que la facture présentée par l'opérateur pour 2016 est trop salée : 291 millions d'euros.

"Un chantage aux usagers" - Christian Estrosi

Trop cher, juge Christian Estrosi , alors que de nombreux trains sont supprimés, pour cause de grève ou de manque de conducteurs.

"Si c'est juste une opération de communication, je pense qu'on ne négocie pas le service public comme un kilo de patates sur le marché de gros !" - Jean-François Chamayou, CGT

Jean-François Chamayou de la CGT des cheminots d'Avignon

L'annonce fait évidemment bondir les cheminots. "C'est l'avenir des usagers qui est en jeu, ce sont des impacts sur l'économie de la région, les déplacements massifs", estime Jean-François Chamayou, secrétaire général des cheminots CGT d'Avignon

"J'ouvre la discussion avec la concurrence" - Christian Estrosi

Le président de région se dit prêt à ouvrir les rails de la région à la concurrence en 2019 :"Nous savons que la législation nous permet à partir du 1er janvier 2019 de pouvoir passer à la concurrence, qu'il y a des expérimentations qui sont autorisées pour certains territoires en France. J'ouvre la discussion avec la concurrence..."

Jean-François Chamayou s'inquiète. Veut-il dire que des autocars vont remplacer des trains ? "La mise en concurrence : qu'est-ce que ça veut dire ? Avec qui, avec quoi, avec quels moyens ? Si c'est pour retourner sur le bus, je crois que le tout-routier a fait la démonstration de ses limites dans les années 2000. C'est pour ça que les régions avaient investi dans le ferroviaire."

"C'est une véritable erreur" - Jean-François Chamayou, CGT

Autre possibilité : que des sociétés privées investissent le marché du ferroviaire. Attention, estime la CGT, les entreprises privées recherchent la rentabilité : "Si c'est pour avoir le recours à des opérateurs privés, l'exemple du fret est parlant. Sur les lignes rentables, ils viendront et se positionneront. Mais sur l'ensemble du service, ils ne viendront pas. Ca va dégrader l'équilibre économique global du système, c'est une véritable erreur."

"Que les trains arrivent à l'heure et tous les jours" - Francis Adolphe, maire de Carpentras

La ligne Avignon-Carpentras est particulièrement touchée par des annulations de trains. Francis Adolphe, maire PS de Carpentras, demande à Christian Estrosi "que les trains arrivent à l'heure et tous les jours". Et d'ajouter : "Son boulot, il le fait comme il le veut. Si c'est avec la SNCF, tant mieux"

Partager sur :