Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

TGV : la colère des Charentais

lundi 27 novembre 2017 à 19:46 Par Pierre Marsat, France Bleu La Rochelle

C'est l'union sacrée en Charente pour conserver les dessertes TGV entre Angoulême et Bordeaux. A partir du 10 Décembre, le TGV Bordeaux Angoulême de 8h08 et le TGV Angoulême-Bordeaux de 18h15 seront supprimés par la SNCF. Un mauvais coup pour tous les Bordelais qui travaillent à Angoulême.

Le TGV Sud Europe Atlantique, lors de l'inauguration de la ligne à Villognon en Charente
Le TGV Sud Europe Atlantique, lors de l'inauguration de la ligne à Villognon en Charente © Radio France - Pierre MARSAT

Angoulême, France

La nouvelle ligne à grande vitesse Sud Europe Atlantique qui met Paris à 2 heures de Bordeaux a été mise en service le 2 Juillet dernier. Les négociations ont été âpres pour obtenir un nombre suffisant de dessertes au départ et à l'arrivée à Angoulême. Et moins de 6 mois après, on apprend que deux TGV Angoulême-Bordeaux seront supprimés à partir du 10 décembre. Pour la centaine d'usagers bordelais qui viennent travailler à Angoulême, c'est inacceptable.

Des conséquences pour la vie économique

La SNCF a annoncé à la mi-octobre la suppression des deux trains à grande vitesse entre Bordeaux et Angoulême. Officiellement, c'est pour offrir aux usagers une plus grande offre OUIGO, à des tarifs moindres. Mais les horaires ne sont pas adaptés, et auront des incidences sur la vie économique de la région.

Interview de Daniel Braud, président de la chambre de commerce d'Angoulême

Dans le camp des décideurs charentais, on ne décolère pas : on parle de mobilisation générale, de haute trahison, de diktat, de sommations d'usage. Un rendez vous a été demandé au président de la SNCF, Guillaume Pépy, et à la ministre des transports, Elisabeth Borne, qui fut préfet de la région Poitou-Charentes. Pas de réponse à ce jour. Sauver ces dessertes quotidiennes, d'abord. Améliorer le rythme des trains régionaux, pour compléter l'offre, ensuite. C'est indispensable aussi, aux yeux du maire d'Angoulême, Xavier Bonnefont.

La ligne LGV, qui traverse la Charente du nord au sud - Radio France
La ligne LGV, qui traverse la Charente du nord au sud © Radio France - Pierre MARSAT

Un ultimatum

Le 10 décembre apparaît donc comme un ultimatum pour les décideurs charentais. Déjà, en Décembre 2011, ce sont les Bordelais d'Angoulême qui avaient manifesté contre des horaires modifiés. Contacté par France Bleu La Rochelle, le service communication de la SNCF n'a pas donné suite à notre demande d'explications.

Reportage : la colère des élus charentais