Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
L'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing est mort à l'âge de 94 ans

A Toulouse, Tisséo fait le pari d'une hausse prochaine de trafic (malgré l'augmentation des tarifs)

-
Par , France Bleu Occitanie
Toulouse, France

Augmentation des tarifs à partir du 3 juillet, interruption du trafic sur la ligne A du métro pendant cinq semaines cet été, on fait le point sur les changements chez Tisséo avec le président du SMTC, Jean-Michel Lattes.

Jean-Michel Lattes, le président du SMTC Tisséo, met en avant "une phase de croissance du trafic avec une offre qui va se développer de manière considérable".
Jean-Michel Lattes, le président du SMTC Tisséo, met en avant "une phase de croissance du trafic avec une offre qui va se développer de manière considérable". © Radio France

"La situation s'annonce complexe cet été", de l'aveu même de Jean-Michel Lattes, le président du SMTC Tisséo avec le chantier de la gare, la fin du chantier rue Bayard, le grand chantier des allées Jean-Jaurès et l'entrée dans la phase lourde de l'extension de la ligne A du métro. Le trafic est interrompu du 17 juillet au 20 août, pendant cinq semaines. Des bus de substitution sont déjà prévus avec le renforcement des lignes 13 et 14 pendant la période, l'embauche de 36 conducteurs en CDD et le décalage des congés de 350 titulaires volontaires, 40 personnes dispersées sur le réseau pour accompagner les gens mais ces solutions alternatives ne pourront pas transporter plus de 20% de la capacité habituelle du métro sur le même trajet.

Les tarifs, le nerf de la guerre

Ce qui passe le plus mal, c'est l'augmentation des tarifs et l'évolution la politique tarifaire à partir du 3 juillet : la gratuité pour les séniors, c'est fini et l'abonnement mensuel passe de 46.50€ à 50€. Tisséo propose un simulateur pour calculer son tarif personnalisé.

Aujourd'hui, on a trois tarifications : soit la gratuité maintenue pour certains, soit une réduction de 70%, soit une réduction à 80%. Le retraité toulousain, au pire, il paiera 80%. Il n'y a pas d'exemple en France de tarifs identiques. On reste les moins chers de France. — Jean-Michel Lattes, le président du SMTC Tisséo

Le ticket Tisséo acheté à l'unité dans les bus passe de 1.60€ à 2€ à partir du 3 juillet 2017.
Le ticket Tisséo acheté à l'unité dans les bus passe de 1.60€ à 2€ à partir du 3 juillet 2017. © Radio France

Le président du SMTC Tisséo s'engage à "regarder l'évolution de la fréquentation avec l'évolution des tarifs". Pour Jean-Michel Lattes, ce qui est important dans les transports en commun, c'est avant tout l'offre. Il met en avant "une phase de croissance du trafic avec une offre qui va se développer de manière considérable" et fait le pari d'une hausse considérable.

Mauvais timing entre l'augmentation des tarifs et le premier arrêt prolongé de la ligne A du métro pour augmenter sa capacité

"Il faut toujours se projeter sur l'enjeu quand il y a des travaux", dit Jean-Michel Lattes. L'enjeu, c'est de doubler la ligne A du métro, permettre de passer de 230.000 à 400.000 passagers dans les rames, chaque jour. "C'est pour un confort bien plus important, pas seulement pour cinq semaines mais pour les 50 ans qui viennent".

Les travaux qui vont durer trois ans vont nécessiter l'interruption du trafic sur la ligne A du métro à trois reprises principalement : 3 fois 35 jours durant les été 2017, 2018 et si nécessaire 2019.

Les usagers se plaignent aussi, ces derniers temps, de pannes récurrentes sur le réseau Tisséo. "Il y a le ressenti et le réel" leur répond le patron du SMTC Tisséo.

Aujourd'hui, on a moins de 1% de pannes sur le réseau. Je vais donner, dans les semaines qui viennent, le détail des arrêt. On va voir que plus de la moitié des arrêts sont liés à de l'incivilité. Notre problématique, c'est pas nécessairement le matériel lui-même. C'est plutôt le comportement

Le tour de la question avec Jean-Michel Lattes, le président du SMTC Tisséo

Choix de la station

À venir dansDanssecondess