Transports

Toulouse : bientôt des vélos électriques en libre service dans l'agglomération ?

Par Jean-Marc Perez et Lola Fourmy, France Bleu Toulouse lundi 14 septembre 2015 à 12:43

station Vélô Toulouse
station Vélô Toulouse © Radio France - julien laignez

La mairie de Toulouse, Tisséo et JC Decaux réfléchissent à la possibilité de proposer des Vélôs Toulouse à assistance électrique et à élargir le service à d'autres communes de la Métropole

En service à Toulouse depuis 2007,  Vélô Toulouse c'est aujourd'hui en moyenne 15.000 locations par jour, soit un vélo décroché toutes les quatre secondes dans une des 300 stations implantées en ville. Un succès qui amène aujourd'hui, la ville et Tisséo qui gère les transports en commun toulousains, à s'intéresser de près à la nouvelle offre de JC Decaux l'exploitant de Vélô Toulouse : des vélos électrique en libre service.

Déjà en service à Lille et Rennes

Il ne s'agirait pas de nouvelles bicyclettes mais d'une transformation progressive du parc existant. Une sorte de vélo deux en un avec au choix un vélo qui fonctionne en mode classique classique ou en mode électrique grâce à un petit moteur. Pour le mettre en marche, il suffira d'insérer la batterie dans l'encoche prévue à cet effet sur le vélo. Une batterie qu'il faudra louer et charger à la maison  afin d'éviter les vols et les problèmes des bornes de rechargement pour l'exploitant.

Aujourd'hui, Vélô Toulouse compte quelques 30 000 abonnés. Le système qui fonctionne déjà à Lille ou encore Rennes permettrait à Vélô Toulouse de toucher une nouvelle clientèle, celle des seniors et des cadres qui ne veulent pas arriver transpirant à un rendez vous, mais aussi les habitants des autres communes de l'agglomération toulousaine. 

Avec une autonomie de 10 km, ce vélo électrique est un bon argument pour installer des stations dans les villes limitrophes de la Métropole, comme Colomiers Balma ou Blagnac, dont les habitants pourraient ainsi rallier Toulouse ou se déplacer dans leur commune. Aujourd'hui, le trajet moyen effectué sur un vélô Toulouse est inférieur à trois kilomètres. Pour l'instant, la ville dit étudier le dossier et refuse de fixer une échéance de mise en service et d'évoquer une éventuelle hausse des tarifs