Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Alstom choisi pour la troisième ligne de métro de Toulouse

-
Par , France Bleu Occitanie

Le comité syndical de Tisséo, l'organisateur des transports de l'agglomération toulousaine, a validé le choix du constructeur français pour construire le nouveau métro automatique. Un contrat de 713 millions d'euros.

Alstom équipe déjà les lignes 15, 16 et 17 du métro de Paris. Les nouvelles rames de Toulouse pourraient y ressembler.
Alstom équipe déjà les lignes 15, 16 et 17 du métro de Paris. Les nouvelles rames de Toulouse pourraient y ressembler. © Maxppp - Vincent Isore

Tisséo a donc choisi un constructeur français, pour les rames du futur métro de Toulouse. Alstom a été préféré à trois autres candidats, suite à un "dialogue compétitif lancé en 2018" a expliqué Jean-Michel Lattes, le président de Tisséo Collectivités.

C'est un "dossier qui fait plus de 1.000 pages, qui est considérable", a poursuivi le président. Si Alstom a été retenue en commission d'appel d'offres mardi soir, c'est parce que c'était "l'offre la moins chère, et la meilleure techniquement". Le contrat s'élève à plus de 713 millions d'euros (713.564.560 euros précisément). Un peu moins que les 800 millions d'abord estimés.

Le choix a été validé par le conseil syndical de Tisséo Collectivités ce matin. À noter que les élus du Muretain Agglo ont refusé de prendre part au vote, en estimant que leur territoire était "oublié" par cette troisième ligne de métro. Ils demandent de meilleures infrastructures de transports pour le sud toulousain.

Alstom sera en charge de la conception, de la construction et de la maintenance du système de transports de la troisième ligne. Cela comprend notamment la construction de la voie, les façades de quai, ou encore les véhicules de maintenance. Tisséo a préféré choisir un seul constructeur pour l'ensemble, plutôt que plusieurs différents, ce qui aurait compliqué les opérations de maintenance, et aurait coûté peut-être plus cher sur le long terme.

Avec le choix d'Alstom, c'est un tournant dans l'histoire du métro toulousain. Jusqu'à présent, Toulouse avait préféré Siemens pour la ligne B, et la ligne A (le constructeur Matra de 1993 a depuis été absorbé par Siemens).

Pour cette troisième ligne, les quatre candidats étaient : Ansaldo STS, Alstom, CAF et Siemens.

Plus rapide, et plus large

Le futur métro de Toulouse sera issu de la gamme Métropolis d'Alstom, qui équipe déjà Barcelone, Buenos Aires, Budapest, Sydney, ou encore Dubaï.

Ces nouvelles rames mesureront 36 mètres, extensibles à 48 mètres. Il y aura plus de place à l'intérieur, car les wagons seront plus larges que ceux des deux autres lignes, avec une largeur de 2,7 mètres. Par ailleurs, les voyageurs pourront se déplacer sur l'ensemble de la rame, car les wagons seront ouverts.

Un futur métro également plus rapide : 41 km/h, au lieu de 35 km/h aujourd'hui sur les lignes A et B.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess