Transports

Toulouse envisage un ticket de transport spécial lors des pics de pollution

Par Bénédicte Dupont, France Bleu Toulouse jeudi 26 janvier 2017 à 16:26

Le réseau bus à Toulouse va basculer à plus de 50% hybride ou gaz, au détriment du diesel.
Le réseau bus à Toulouse va basculer à plus de 50% hybride ou gaz, au détriment du diesel. © Radio France

INFO FRANCE BLEU TOULOUSE - Face à un nouveau pic de pollution qui a nécessité le déclenchement de la procédure d'alerte en Haute-Garonne, les élus toulousains planchent non pas sur la gratuité des transports en commun, mais sur un ticket spécial à moindre coût les jours de pic de pollution.

Ce jeudi 26 janvier (et uniquement ce jour), la vitesse autorisée sur la rocade toulousaine et sur les autoroutes de Haute-Garonne est abaissée de 20 kilomètres/heure par arrêté préfectoral soit 70 maximum sur le périphérique, et 110 (ou 90 si la portion est à 110) sur les grandes axes autoroutiers du département.

Pas de vignettes, pas de circulation envisagée à Toulouse comme c'est le cas à Paris ou à Lyon. Pourtant les taux de particules sont très élevés, en Haute-Garonne comme dans le Tarn et les Hautes-Pyrénées. Les écologistes toulousains réclament des mesures plus efficaces qu'un simple affichage sur les tableaux électroniques, la réduction de la vitesse autorisée étant basée sur la bonne volonté des automobilistes.

Un ticket Tisséo moins cher les jours de pollution... mais pas avant l'été prochain

Contacté par France Bleu Toulouse ce jeudi, l'adjoint au maire en charge des transports et président du SMTC-Tisséo, Jean-Michel Lattes annonce qu'il travaille actuellement sur la piste d'une tarification exceptionnelle mise en place en cas de pics de pollution, soit un ticket Tisséo à prix modéré ouvrables et compostables ces jours-là uniquement. La mesure devrait être adoptée lors du vote de la nouvelle grille tarifaire en juin ou juillet prochain. Elle ne serait donc effective qu'à partir de l'été prochain, en cas de pics de pollution.

La gratuité a été testée à Paris, ils y ont renoncé, ça n'est pas une bonne formule selon l’Association des usagers des Transports. Ceux qui prennent les transports et sont abonnés sont lésés car la mesure coûte de l'argent et eux continuent de payer. En plus, ça n'est pas efficace en terme de fréquentation. Nous on préfère un "ticket faveur". — Jean-Michel Lattes

La mise en oeuvre technique et monétique de cette mesure est encore en étude. Jean-Michel Lattes admet lui même que ce ne sera pas simple techniquement, et que le Syndicat mixte (SMTC) doit encore voter pour approuver ou non cette idée.

Par ailleurs, cette année, le réseau de bus Tisséo passera pour la première fois à majorité non-diesel, à savoir hybride ou à gaz. "Toutes les commandes de bus à venir sont des bus non diesel", affirme Jean-Michel Lattes.