Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Toulouse : le stationnement est gratuit du 1er au 15 août mais les automobilistes râlent malgré tout

dimanche 31 juillet 2016 à 15:33 Par Jean Saint-Marc, France Bleu Occitanie

"Ça pourrait être gratuit toute l'année ! Ou au moins pendant les vacances scolaires !" Voilà ce qu'on entend le plus quand on interroge les Toulousains sur la gratuité du stationnement du 1er au 15 août.

Pendant 15 jours, plus de PV pour stationnement sans ticket !
Pendant 15 jours, plus de PV pour stationnement sans ticket ! © Radio France - Jean Saint-Marc

Toulouse, France

Les horodateurs ont le droit eux aussi à des vacances ! C'est une tradition à Toulouse depuis 2007 : le stationnement en surface est gratuit la première quinzaine d'août. Les 10.760 places sont donc accessibles sans ticket à partir de ce lundi et jusqu'au 15 août (inclus).

"La ville y perd environ 100.000 euros" – J.-M. Lattes, adjoint en charge des transports

Forcément cette tradition fait plutôt plaisir aux Toulousains... Qui toutefois ne peuvent pas s'empêcher de râler, comme Christiane qui habite Vieille-Toulouse, près de Portet. Elle vient chaque semaine faire son marché aux Carmes : "j'ai attrapé une amende samedi dernier alors que je pensais qu'ils ne passeraient pas. C'était déjà les vacances samedi dernier, non ?"

"Ça devrait être gratuit jusqu'au 31 août, ce serait un petit geste pour les commerçants" ajoute Maurice, patron d'une épicerie fine aux Carmes.

"Deux euros pour une heure et demie !"

Le problème c'est que la mesure coûte déjà cher à la municipalité : "environ 100.000 euros" selon les estimations de Jean-Michel Lattes l'adjoint aux transports. "La ville y perd mais le bilan reste positif, ça permet de mettre des contrôleurs en vacances, de gérer l'entretien des horodateurs en journée et non la nuit... Donc c'est une bonne chose"