Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Toulouse : les cheminots prêts à faire grève cet été s'il le faut

mardi 24 avril 2018 à 6:00 Par Marius Delaunay, France Bleu Occitanie et France Bleu

Les cheminots toulousains restent très mobilisés contre les réformes du rail prévues par le gouvernement. Réunis en assemblée générale lundi 23 mars à la gare Matabiau de Toulouse, ils regrettent le manque de dialogue. Et se disent prêts à continuer la grève cet été si nécessaire.

Une centaine de personnes étaient présentes à l'assemblée générale sur un quai de la gare Matabiau à Toulouse.
Une centaine de personnes étaient présentes à l'assemblée générale sur un quai de la gare Matabiau à Toulouse. © Radio France - Marius Delaunay

Toulouse, France

Une centaine de personnes sont présentes lundi matin 23 mars sur un des quais de la gare Matabiau. UNSA, CGT, Sud Rail, CFDT et Force Ouvrière... Tous les syndicats sont représentés. La bonne humeur règne parmi les participants. L'agacement aussi. Les prises de parole se succèdent au micro, une dizaine au total. Et l'idée de prolonger la grève cet été revient dans tous les discours. Les syndicats pourraient bien reconduire la grève au delà du préavis actuel, qui court jusqu'à fin juin. La faute au gouvernement selon les grévistes.

On continue à ne pas nous entendre, à ne même pas nous recevoir et discuter. Arrêtons ça et négocions réellement. Et si il y a des propositions concrètes qui nous sont faites, on prendra nos responsabilités. Mais aujourd'hui il n'y a rien et l'intersyndicale a commencé à réfléchir à une éventuelle suite pour la grève" - Manuel Goncalves, secrétaire général CFDT-cheminots en Midi-Pyrénées.

A Toulouse, le taux de grévistes est de 33%. Un chiffre élevé, qui traduit une certaine détermination dans les rangs de l'assemblée générale. Pas question de céder face au gouvernement. Même si la grève a aussi un impact sur le salaire des grévistes. 

Je laisse 80 euros par jour de grève. Mais c'est indispensable, notre cause est juste. Les cheminots ont bien compris qu'on est partis sur un marathon, que pour gagner ça va pas se faire en deux jours. La réforme est trop dangereuse pour qu'on ne fasse pas d'efforts, y compris au niveau financier". - Jérôme Monamy, délégué syndical CGT.

Les grévistes sont cependant persuadés de gagner le bras de fer, quitte à se battre pendant encore des mois. Pour eux, pas de doute, l'opinion publique est de leur côté. Ils en veulent pour preuve la cagnotte en ligne lancée sur la plateforme Leetchi il y a un mois. Le sociologue Pierre-Alexandre Salmon l'a lancée en ligne avec une centaine de personnalités, écrivains, chercheurs, historiens... Près de 880 000 euros ont pour l'instant été récoltés.