Transports

Toulouse n'est "que" la 7ème ville de France la plus embouteillée

Par Bénédicte Dupont, France Bleu Toulouse mardi 22 mars 2016 à 6:10

La zone aéroportuaire fait partie des points noirs de Toulouse.
La zone aéroportuaire fait partie des points noirs de Toulouse. © Radio France - Olivier Lebrun

Cela va étonner les Toulousains mais d'après l'étude annuelle de la marque de GPS TomTom, la ville rose ne figure pas parmi les agglomérations françaises les plus congestionnées. Elle n'arrive qu'en septième position, derrière Montpellier et Bordeaux. Décryptage.

À Toulouse, on a l'habitude de dire, sans s'en vanter, que la rocade est chaque matin et soir un enfer et que la ville rose vire au rouge à la moindre goutte de pluie. Et chacun de dire avec aplomb que Toulouse est la ville de province la plus embouteillées de France. Erreur. Si Toulouse arrivait dans le "flop" 5 français  même en 2010 et 2011, depuis quatre ans, le classement Tom-Tom la place entre la cinquième et la huitième place nationale. À croire que la situation se serait améliorée chez nous... ou alors qu'elle ait dégringolé de façon catastrophique chez les voisins, montpelliérains notamment.

32 minutes par jour dans les bouchons

La première hypothèse est fausse : avec un taux de congestion de 24% en 2015, temps supplémentaire passé au volant sur un même trajet s’accroît par rapport à 2008 où il était de 20%. Donc non, on ne roule pas mieux à Toulouse. La deuxième hypothèse est en partie vraie : comme démontré ci-dessous, les trois villes qui arrivent en tête du classement subissent une dégradation de leurs conditions de circulation , en particulier Marseille et Montpellier.

Le classement 2016 des villes les plus congestionnées - Aucun(e)
Le classement 2016 des villes les plus congestionnées - TomTom

Cette année donc, Toulouse apparaît septième avec un niveau de 24%, comprenez qu'il faut compter un quart de temps de parcours en plus par rapport à un trajet habituel dans une circulation fluide. Exemple : vous habitez l'Union et travaillez à l'aéroport, comptez 17 minutes de temps de parcours aux heures fluides, rajoutez 4 à 5 minutes lorsque le trafic est dense. A titre de comparaison, lorsque sur un trajet d'une demi-heure, un Toulousain rajoute 7 ou 8 minutes de bouchons en plus, un Marseillais ou un Parisien, lui en rajoutera 11.

De fait, en moyenne, ce sont 32 minutes de trop que passent les Toulousains dans les bouchons chaque jour, auxquelles s'ajoutent le temps de trajet normal.

Le taux de congestion tombe à 20% sur les autoroutes et 2x2 voies toulousaines, et remonte à 27% sur les plus petites routes — Vincent Martinier, porte-parole de TomTom France

INVITE - Vincent Martinier, porte-parole de TomTom France

Situation plus difficile sur les petites routes que sur auoroutes et rocades. - Aucun(e)
Situation plus difficile sur les petites routes que sur auoroutes et rocades. - TomTom

La situation s'empire moins qu'à Marseille ou Montpellier mais ne s'améliore pas

Si la place de Toulouse dans ce classement, après avoir été souvent dans les cinq premières, se situe désormais plutôt entre la 5ème et la 8ème place selon les études, cela ne traduit pas un apaisement sur les routes de l'agglomération. En 2015, le taux de congestion est de 24%, il était de 20% en 2008 selon TomTom.

Selon les données GPS, les heures de pointe les plus saturées à Toulouse se situent  le mardi matin et le vendredi soir, le lundi et jeudi matin ne sont pas loin derrière. Et pour mémoire, la pire journée sur les routes en 2015 selon la marque de GPS, c'était le mardi 3 février, une journée noire pour les automobilistes haut-garonnais. Tout le monde s'en souvient à Toulouse, et pour cause, il avait neigé.

Le 3 février 2015, le pire jour de l'année niveau bouchons (ici, Ramonville) - Radio France
Le 3 février 2015, le pire jour de l'année niveau bouchons (ici, Ramonville) © Radio France - Pascal de Ramonville

Contrairement à la ville de Montpellier qui travaille avec TomTom, les collectivités locales de la région toulousaine n'ont pas contacté l'entreprise.