Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tours : des millions d'euros de pertes pour Fil Bleu à cause du confinement

-
Par , France Bleu Touraine

Le confinement a un impact très lourd économiquement pour les transports de l'agglomération tourangelle. Les pertes sont de l'ordre de plusieurs millions d'euros pour Fil Bleu. Tours-Métropole va aussi perdre des recettes.

Le tramway de Tours, fleuron des transports de l'agglomération tourangelle
Le tramway de Tours, fleuron des transports de l'agglomération tourangelle © Maxppp - P. Deschamps

Des bus quasiment vides, un Tram qui circule toute les vingt minutes. Fil Bleu a adapté son réseau aux contraintes du confinement. 25% de son offre bus-Tram circule en ce moment, jusqu'au 11 mai. La fréquentation s'est effondrée de l'ordre de 90 à 95%. L'impact économique de deux mois de confinement va être énorme pour l'entreprise de transport en commun de Tours-Métropole. Il est estimé à plusieurs millions d'euros. Tours Métropole est aussi lourdement impacté, avec des entreprises qui ne s'acquittent plus du Versement Transport (VT), l’impôt payé par les entreprises qui finance majoritairement les transports de l’agglomération.

Fil Bleu, c'est 65 millions d'euros de budget annuel

Le contrat entre Tours-Métropole et Kéolis a été renouvelé jusqu'en 2025, avec des projections à plus de 47 millions de voyageurs espérés. Tours-Métropole versera sur cette période chaque année 35,7 millions d'euros à son délégataire de service public sur un budget global de l'ordre de 65 millions d'euros de Kéolis. La part de Tours-Métropole est financée quasi-exclusivement par le Versement Transport, acquittée par les entreprises de plus de onze salariés. Certaines ont arrêté de verser cette somme pendant le confinement. Combien d'autres mettront la clé sous la porte à cause du confinement et donc ne verseront plus cette taxe? 

Des mois, voir des années, pour retrouver le niveau de fréquentation dans les bus et le Tram

L'autre part du budget de Kéolis est lié à son activité commerciale, la vente des titres de transport. Pendant deux mois, les pertes sont énormes avec très peu de passagers et malgré tout, le maintien de 25% de son offre de transports bus-Tram (son plan de transport minimum). La suite ne s'annonce pas bonne. Les usagers ne reviendront pas tout de suite vers les transports en commun. Fil Bleu, comme tous les autres opérateurs comme la SNCF, vont connaitre une certaine défiance. Il faudra des mois, voir des années, pour retrouver un niveau de fréquentation d'avant la crise sanitaire. Toutes les projections de croissance sont à mettre à la poubelle. 

Le projet de deuxième ligne de Tram est-il menacé?

Dans les mois à venir, Tours-Métropole et Kéolis vont se mettre autour d'une table et sans doute négocier, voir peut-être même renégocier le contrat initial. Les projections économiques de Fil Bleu ne tiennent plus. Ses recettes vont s'effondrer. A Tours-Métropole, même incertitude avec le Versement Transport. Les projets devront-ils être abandonnés ou repoussés? On pense évidemment à la deuxième ligne de Tram programmée en 2025. Son financement est-il en péril, comme la troisième ligne de métro à Toulouse par exemple? 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess