Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Tours : les cars Macron pris d'assaut avec la grève à la SNCF

-
Par , France Bleu Touraine

La grève perturbe la circulation des TGV Atlantique depuis près d'une semaine. Du coup, les voyageurs sans solutions se rabattent sur les compagnies d'autocar. A Tours, les bus Macron ne désemplissent pas. Les prix aussi augmentent.

La grève à la SNCF profite aux cars Flixbus et Blablabus
La grève à la SNCF profite aux cars Flixbus et Blablabus © Maxppp - Leyla Vidal/Maxppp/Belpress

Tours, France

La circulation des TGV a été de nouveau perturbée ce mardi en raison d'une grève qui touche depuis une semaine le technicentre de Châtillon, en région parisienne. Ce mardi, seul 1 TGV sur 3 circulait sur la façade Atlantique. Mercredi, le trafic sera autant dégradé. En revanche, selon la SNCF,  8 TGV sur 10 vont circuler pour le pont de la Toussaint et le retour des vacances scolaires.

On a obtenu un billet Tours-Paris à 50 euros ! C'est cher, très cher même. Mais c'est la loi de l'offre et de la demande 

Ce mouvement social fait en tout cas les affaires des compagnies d'autocar, les fameux cars Macron. De nombreux naufragés du train se rabattent sur le car, ce qui fait grimper les prix. On le constate sur le parking des bus Macron, rue Edouard Vaillant à Tours. Un parking qui fait office de gare routière. Autour des bus vert Flixbus, qui partent vers Paris, il y a beaucoup plus de monde en ce moment. Le chauffeur le confirme, "les bus sont pleins". Des voyageurs peu habitués à ce mode de transport, comme cette femme partie de Biarritz avec sa mère. "Là il est plein. _On a eu les deux dernières places devant. Les billets partaient très vite sur internet_, de minutes en minutes. On a payé 50 euros le billet Tours-Paris. C'est très cher, mais c'est la loi de l'offre et la demande".   

Je vais mettre 24 heures pour faire Bruxelles-Bayonne. J'ai été obligée de prendre un Airbnb à Tours ! Ça s'arrange pas la France !

Sur le parking, on trouve aussi des naufragés qui cherchent à faire le chemin inverse, à descendre vers le sud-ouest, comme cette ressortissante belge qui voyage avec sa fille. "Le TGV de Bruxelles vers Paris a été maintenu, mais après il a été annulé. J'ai trouvé un Intercités jusqu'à Tours. J'ai dormi à Tours en prenant un Airbnb, et là je prends un bus, direction Bayonne. Je vais mettre 24 heures au lieu de 10 heures. Vous vous rendez-compte, 24 heures (rires) ! Ça s'arrange pas la France !!   

Un temps de trajet rallongé

Avec la forte demande, les prix augmentent.  Anne a payé 26 euros, au lieu de 18 euros habituellement. "C'est sûr, ils augmentent les prix avec la grève à la SNCF".  Le chauffeur explique que c'est en fait la loi de l'offre et la demande. Il est très avantageux de réserver par avance sur internet. "Après, c'est plus cher avec un système de pénalités"

Par ailleurs, avec la grève SNCF, la circulation routière est aussi plus dense. Le temps de trajet vers Paris est donc plus long. Au moins une demi-heure de plus. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu