Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Transports, circulation : les principaux points noirs en France

Les points noirs France Bleu de la mobilité : l'échangeur du Rondeau entre l'A480 et la rocade de Grenoble

jeudi 28 février 2019 à 4:02 Par Véronique Saviuc, France Bleu Isère

France Bleu fait l'inventaire des points noirs de mobilité en France. En Isère, l'échangeur du Rondeau qui relie l'A480 et la rocade Sud dans l'agglomération grenobloise, avec 100 000 véhicules par jour en moyenne, est totalement engorgé aux heures de pointe. Il doit être réaménagé à partir de 2020.

L'échangeur du Rondeau, le "gros plat de nouilles" de l'agglomération grenobloise
L'échangeur du Rondeau, le "gros plat de nouilles" de l'agglomération grenobloise - Thierry Chenu / Grenoble Alpes Métropole

Grenoble, France

Grâce à ses 44 radios locales, France Bleu recense  les points noirs de la mobilité en France pour faire le tour de vos galères de déplacements. 

En Isère, l'échangeur du Rondeau, au carrefour de l'A480 et de la rocade sud est régulièrement engorgé aux heures de pointe. Créé en 1982, ce carrefour stratégique de l'agglomération grenobloise voit passer 100 000 véhicules par jour en moyenne sur ses différentes bretelles entrelacées (avec 85% de trafic uniquement local). Ce qui lui vaut le surnom explicite de "plat de nouilles" autant parmi les spécialistes du trafic routier que des usagers ou des politiques.

Découvrez la carte France Bleu des points noirs de la mobilité partout dans le pays

L'échangeur du Rondeau : des bretelles entrelacées qui provoquent de nombreux embouteillages aux heures de pointe - Aucun(e)
L'échangeur du Rondeau : des bretelles entrelacées qui provoquent de nombreux embouteillages aux heures de pointe - Creative Commons / Milky

Le Rondeau, un cauchemar quotidien pour les automobilistes 

Cet échangeur est le cauchemar des automobilistes depuis plusieurs dizaines d'années. On peut y rester bloqués à l'arrêt pendant de longs moments après avoir roulé au pas sur l'A480 à l'ouest de Grenoble ou sur la rocade au sud. Il a toujours été considéré comme une priorité par les élus de l'agglomération et du département car l'engorgement chronique du bassin grenoblois est perçu comme un frein à l'attractivité et l'essor économique et touristique du territoire. 

Un accord signé en novembre 2016 entre quatre partenaires pour réaménager l'échangeur et l'A480 

Un accord d'intention et de financement a été signé en novembre 2016 entre les différents partenaires responsables des déplacements dans l'agglomération (Etat, Région, Métropole, AREA) pour remodeler l'échangeur et réaménager l'A480 entre Sassenage et le Rondeau. Un projet chiffré à 83 millions d'euros a été arrêté, soumis à enquête publique et validé par le préfet de l'Isère (en janvier 2019) pour fluidifier le trafic sur l'échangeur du Rondeau :

• Mise à deux voix  de la bretelle qui arrive de l'A480 vers la Rocade Sud, 

• Création d'une tranchée couverte pour séparer les flux de circulation sur 300 mètres 

• Construction d'une passerelle pour franchir l'A480 à pied ou à vélo

Ce projet va être financé  par l'Etat (43%), Grenoble Alpes Métropole (28%), le Département de l'Isère (21%) et la Région (8%). 

Etienne HANS, chargé d'études spécialisé en gestion et régulation de trafic du CEREMA : comment se forment et se dissolvent les bouchons

La vitesse sera limitée à 70 km/h pour fluidifier le trafic

Ce projet va être mené en parallèle avec le réaménagement de l'A480 (300 millions d'euros financés par la société d'autoroute AREA). Elle devrait passer en deux fois trois voies sur 7 km entre Saint-Egrève et le Rondeau, sans augmenter l'emprise de l'autoroute, et  en conservant aux deux extrémités des section à deux voies pour faire "verrou" et limiter le trafic de transit. 

Des protections phoniques, des circulations cyclables et piétonnes, des voies réservées aux transports en commun sont prévues, des parkings de covoiturage sont prévus. Le Préfet vient par ailleurs, comme cela était envisagé, de signer l'arrêté qui limitera la vitesse sur cet axe à 70 km/h pour une circulation apaisée et sécurisée. 

Un temps de parcours "fiabilisé"

Selon les promoteurs du projet, le temps de parcours sera "fiabilisé" c'est à dire qu'on ne mettra plus que 25 minutes  aux heures de pointe pour parcourir les 7 km les plus chargés de l'A480, au lieu des 40 minutes en moyenne actuelles. 

Après les travaux préparatoires entamés ces dernières semaines, le chantier devrait démarrer dès ce printemps pour une livraison prévue en 2022 si la justice administrative valide le projet. Quatre citoyens ont déposé des recours au tribunal administratif en référé. Les magistrats doivent rendre leur décision ce vendredi 1er mars. 

Les bouchons vont-ils sauter après les travaux ?

Est-ce que ces travaux sont de nature à supprimer les bouchons ? Les spécialistes de la gestion du trafic du CEREMA savent qu'il ne suffit pas d'élargir un axe pour éviter la saturation, au contraire. Il vaut mieux séparer les flux, pour éviter les changements de direction,  réguler le trafic en installant des feux aux entrées de l'infrastructure, réduire la vitesse pour mieux répartir les véhicules sur toutes les voies et éviter les accordéons, et demander aux automobilistes d'être patients : changer de file, pour essayer de se placer dans la plus rapide, favorise les embouteillages.

  - Radio France
© Radio France - Denis Souilla